L’or du Danube

Un ducat EX AURO DANUBII, MDCCLXXX , émis pendant le règne du Prince Électeur Charles-Théodore de Bavière ( (1724-1799) 

L’or du Danube

   Les Celtes auraient déjà pratiquer ce genre d’activité sur le Danube. Les hommes ont par la suite continuer à chercher et extraire, en quantité infime, de la poussière d’or des alluvions du Danube à certains endroits de son cours, en Basse-Autriche aux alentours d’Aschach, de Mauthausen et du confluent de l’Enns avec le Danube, près de Gottsdorf, Klein-Pöchlarn, Dürnstein (rive gauche), dans les bras des prairies alluviales en aval de Zwentendorf, Tulln, Langenlebarn-Königstetten (rive droite). Ce lieu où le Danube se ramifie en de nombreux bras entrecoupés d’îles, de bancs de sable, d’affleurements de rochers, semble avoir été particulièrement apprécié des chercheurs d’or : dans la première moitié du XVIIIe siècle, des orpailleurs bavarois y auraient travaillé suivis, un siècle plus tard, par des chercheurs d’or originaires de Croatie. Des activités d’orpaillage ont eu lieu également à Korneuburg, dans la région de Klosterneuburg-Langenzersdorf, à Mannswörth près de Schwechat en aval de Vienne (rive droite), dans les environs de Bratislava et jusque sur le Danube hongrois. Des affluents de la rive gauche comme la Krems en Wachau ou la Kamp dans la région du Waldviertel, ont également été prospectés. La localité haute-autrichienne de Goldwörth sur le Danube, en amont de Linz (rive gauche) ou celle de Goldgeben en Basse-Autriche, dans le district de Korneuburg, rappellent par leur nom que s’y sont pratiquées des activités d’orpaillage.

Lettre de patente de 1576 édictée par l’Empereur Maximilien II de Hasbourg (1527-1576) autorisant un certain Leopold Schernpeundtner à chercher de l’or dans le Danube

   Il existe de nombreux documents dans les archives de la Chambre de la cour impériale autrichienne et d’autres résidences seigneuriales témoignant d’activités et de règlements concernant l’orpaillage sur le Danube et ses affluents comme par exemple la lettre de patente datant de 1576 et édictée par l’Empereur Maximilien II de Hasbourg (1527-1576) autorisant un certain Leopold Schernpeundtner à chercher de l’or dans le Danube sur le cour du fleuve en aval du confluent de l’Enns. Cette lettre de patente stipule également que cette démarche doit être encouragée par « toutes les autorités religieuses, prélats, comtes, magistrats, bourgmestres, conseillers, intendants, municipalités mais avec l’obligation pour l’orpailleur de le céder au bureau du Vizedom et uniquement à celui-ci selon le pourcentage du poids d’un Thaler  hongrois équivalent à 80 Kreutzer. »

   Une coupe d’un calice pour la messe, réalisé par l’orfèvre Michel Gotthard Unterhueber en 1736 et appartenant au trésor du cloître de Klosterneuburg, aux environs de Vienne, est un des plus beaux symbole de cette activité d’extraction du métal précieux dans les sédiments du Danube. L’or à partir duquel a été réalisé ce calice a été lavé sur les bords de la rive gauche du Danube aux environs du village de Langenzersdorf. Seule la coupe a été préservée. Le pied d’origine également en or fluvial, malheureusement fondu en 1810 pour contribuer au renflouement des finances de l’Empire autrichien, malmenées par les guerres contre les armées napoléoniennes, a été remplacé par un nouveau pied en métal doré à la fin du XIXe siècle.

Vue de l’abbaye de Klosterneuburg, Artaria, fin XVIIIe, collection ÖNB

   Dans les années 1870 des Tsiganes extrayaient encore professionnellement de l’or du Danube en face de Klosterneuburg, puis de façon expérimentale à la hauteur de Bad Deutsch-Altenburg (1936), sur le Danube hongrois (1937/1938), lors de la construction de la centrale hydroélectrique d’Ybbs-Persenbeug dans les années cinquante ou encore aux environs de Linz.
   Le journal « Kronen Zeitung » du 18 juillet 1830 consacre un article à « la fièvre de l’or en Hongrie : une contrée au bord du Danube recélant de l’or — les Autrichiens lavent aussi de l’or — rendement minimum ». L’article conclut toutefois, après avoir précisé que c’est aux environs du village d’Aszvany, au sud du comté de Raab (Győr) que du métal précieux aurait été trouvé dans les bras du fleuve, qu’à la suite de cette découverte, de nombreux Autrichiens du Burgenland et de Styrie s’y sont précipités, orpaillant de l’aube au coucher mais que l’évènement n’a pas d’intérêt en raison des quantités dérisoires obtenus après des tonnes de sable filtrés.

Orpaillage sur le Danube

Sur le Haut-Danube allemand, des orpailleurs étaient actifs en amont de Passau dès le IXe siècle. À partir de 1769, depuis Kelheim jusqu’à la frontière avec la principauté épiscopale de Passau (1217-1803) , le lit du fleuve est divisé en cinq concessions pour l’orpaillage.
   La méthode d’extraction de l’or dans les fleuves et les rivières n’a que très peu changé au cours des siècles. Elle reposait d’une manière générale sur la densité élevée du matériau, sur son poids spécifique. Les particules d’or se déposent dans la partie inférieure du support en cas de mouvement de l’eau. En conséquence l’or ne devait pas être recherché dans des bancs de graviers grossiers ni dans le limon superficiel provenant des suspensions fluviales mais au contraire dans les couches sableuses qui traversent les graviers ou dans des endroits où les couches sableuses s’accumulaient à cause du courant. Ce travail incitait à de longs efforts, beaucoup de patience et de la chance pour trouver du « savon d’or ». Suite à diverses opérations de filtrage, il restait dans une cuvette ou un baquet une sorte de concentré sableux d’une couleur gris violette contenant grenat, quartz, zirconium, béryl, minerais d’oxyde de fer (magnétite et ilménite) et de petites particules d’or en quantité infime et d’une taille d’environ 0,1 mm en moyenne. L’or était séparé de ce mélange au moyen de mercure sous la forme d’amalgame, lequel était finalement chauffé pour obtenir un or pur.
Le Danube et ses affluents, l’Isar et l’Inn n’ont livré toutefois que de toutes petites quantités de ce métal précieux et on mesure la peine engendrée par l’extraction de l’or fluvial quand on sait que chaque tonne de matériau initial ne pouvait procurer qu’environ 0,5 à 1 gramme d’or ! Un résultat qui se situait bien en dessous d’un seuil de rentabilité minimum y compris avec l’aide d’outils mécanisés.

   À propos d’or on se souviendra également d’un triste épisode contemporain, celui d’une catastrophe écologique pour la flore et la faune du Danube et d’un de ses affluents et sous-affluents liée à l’exploitation de l’or sur le territoire de son bassin. Le 30 janvier 2000 des pluies violentes ont provoquèrent la rupture de la digue en mauvais état du bassin de décantation de la mine d’or Aurul à Baia Mare, dans le nord-ouest de la Roumanie. 100.000 m3 environ d’eau cyanurée se sont déversés dans la petite rivière Szamos, affluent de la belle Tisza qui se jette dans le Danube à quelques dizaines de kilomètres au nord de Belgrade. Malgré l’évidence et l’ampleur de la catastrophe environnementale, accentuée par l’incapacité à réagir du gouvernement roumain de l’époque, le groupe australien Esmeralda Exploration, propriétaire de la mine, nia toute responsabilité dans cette pollution au cyanure.

Eric Baude pour Danube-culture, 6 janvier 2023, droits réservés

Sources :
FREH, Wilhem, « Oberösterreich Flußgold », in: OÖHbl 4., 1950, S. 17-32
HUTER, Franz, « Eine Donaugold-Wäscherei bei Melk », in: Das Waldviertel 15, 1966, S. 128-130
MAYRHOFER, Robert J., « Goldwäscherei in Niederösterreich », in: Jahrbuch für Landeskunde von Niederösterreich NF. 30 (1949-1952), S. 26. – Der Hl. Leopold, Ausst.-Kat. (Klosterneuburg 1985), Nr. 556.
MELION, Grete, « Gold aus der Donau », in: Korneuburger Kultur-nachrichten, 1969, Heft I, S. 26-32
SEIBEZEDER, Franz, « Aus der Donau Gold waschen », in: Das Waldvietel 34, 1985, S. 154-155
SCHNEEWEIS, « Gold und Perlen aus der Donau », in Die Donau, Facetten eines europäischen Stromes, Katalog zur oberösterreichischen Landesausstellung 1994 in Engelhartszell. Herausgegeben vom Kulturreferat der Oberösterreichischen Landesregierung, Linz: Landesverlag, 1994 ,448. 8°. Objekt-Nr.: I 1.13, S. 327.

Ducat « Ex AURO ISAREA » avec le prince-électeur de Bavière Maximilien III Joseph  (1727-1777) de profil, 1762, photo droits réservés

Le bac à fil (Rollfähre) Klosterneuburg-Korneuburg

    Ici, entre Klosterneuburg (rive droite) et Korneuburg (rive gauche) le «voyage» d’un bord à l’autre du beau Danube vert est bref : trois à cinq minutes selon le niveau d’eau qui détermine la vitesse du fleuve et par conséquence la durée de la traversée. Le capitaine peut rater de temps en temps par inadvertance ou parce qu’il dans un mauvais jour, sa manœuvre d’accostage à la surprise teintée d’une éphémère inquiétude de quelques passagers. Le bac revient alors en arrière, glisse dans le lit du fleuve puis se rapproche à nouveau lentement de la berge. Cette fois, l’amarrage est réussi. Piétons, cyclistes et automobilistes ont bénéficié de deux minutes de répit ou de grâce supplémentaires de traversée.

Inauguration du bac à fil Klosterneuburg-Korneuburg le 12 septembre 1935, photo d’archives

Il y a aussi des riverains qui prennent goût à traverser le Danube avec le bac. C’est  presque comme une drogue. Ceux-là ont envie d’osciller quotidiennement d’une rive à l’autre depuis l’aube jusqu’au dernier passage en soirée. La pause de fin d’automne et d’hiver (le bac ne circule pas également pendant les périodes de hautes eaux et d’épais brouillard1) qui dure de début novembre jusqu’en mars leur semble une éternité insupportable. Pas d’autre choix que d’emprunter un pont puisqu’il n’existe plus d’autre bac à la hauteur de Vienne. Il faut même aller loin, très loin en aval jusqu’au canal de Gabčikovo pour retrouver un bac. Mais la traversée d’un canal n’a rien de commun avec celle d’un fleuve, surtout le Danube. Et en amont on doit remonter désormais jusqu’aux bacs à fil de Weissenkirchen en Wachau et de Spitz/Danube qui ont été sans doute préservés grâce en partie aux touristes et aux cyclistes qui l’empruntent tout au long de la saison. Construire un pont tout comme un barrage (programmé dans les années glorieuses) en Wachau eût été aussi un geste architectural absurde au sein ce paysage préservé. Certains doivent encore en rêver. La Wachau et Dürnstein ont évité le pire sauf à Melk. Et puis que dire des murs anti-inondations qui défigurent les rives aux alentours des villages !

Le bac sur la rive droite, photo © Danube-culture, droits réservés

Avec les travaux de régularisation du Danube à la fin du XIXe siècle, les gués qui permettaient aux périodes de basses-eaux de traverser le fleuve à pied disparaissent définitivement. La géographie du fleuve est bouleversée, redessinée par des mains humaines conquérantes. La merveilleuse abbaye de Klosterneuburg se voit privée de « son » Danube qui  doit reculer plus au nord. Le bras du fleuve principal sépare désormais les deux villes de Klosterneuburg et de Korneuburg. Une liaison fluviale est établie en 1884 d’abord sous la forme d’une embarcation branlante composée de deux coques de bateaux surmontés d’une plateforme sur laquelle se tiennent les passagers, les charriots et les charrettes. Le pont volant, ainsi dénommé, est attaché à la rive avec un câble qui se tend dangereusement sous l’eau en travers du fleuve. Un projet de tunnel sous le fleuve est envisagé dans les années 1899/1900.  L’embâcle du rigoureux hiver de 1928/1929 fige le Danube de la Hongrie jusqu’à la Wachau, détruisant le fragile pont volant. Ne voulant pas se priver d’un lien essentiel avec l’autre rive, les municipalités de Klosterneuburg et de Korneuburg sont à l’origine de la mise en service du nouveau bac à fil à cette hauteur. Son inauguration officielle a lieu le 12 septembre 1935. L’abbaye de Klosterneuburg participa au coût de construction à la hauteur d’un tiers des dépenses. Le câble en travers du fleuve mesure 380 m de long, pèse 6 500 kilos et son diamètre est de 47, 5 mm.

Le bac à l’occasion du jubilé de ses 85 ans d’existence en septembre 2020, photo droits réservés

Le bac de Klosterneuburg-Korneuburg (PK 1941, 7)
   Il s’agit d’un bac à câble n’utilisant que le courant du Danube pour se déplacer de la  manière la plus écologique possible. Les deux moteurs hors-bord sont là uniquement que pour des raisons de sécurité et afin de pouvoir manœuvrer indépendamment du courant en cas d’urgence.
Pour qu’un bac à câble soit propulsé à travers un fleuve ou une rivière, deux forces distinctes doivent être combinées :
-la première force est exercée par la tension du câble en acier auquel le bac est suspendu de manière mobile. Le câble empêche le bac d’être emporté par le courant.
-le courant du fleuve est l’autre force qui agit sur le déplacement du bac. Pour que les deux forces puissent mettre le en mouvement, celui -ci doit être incliné par rapport au courant à l’aide  d’un gouvernail. La pression du courant pousse alors le bac à travers le fleuve grâce à la force qui en résulte.
La vitesse du bac à fil dépend ainsi de la force du courant et peut être influencée par l’angle avec lequel le capitaine place son bac par rapport au courant. La vitesse du courant du fleuve ne doit pas être inférieure à une certaine vitesse minimale comme c’est le cas par exemple dans la zone des lacs de retenue en amont des centrales électriques et également sur le Bas-Danube où la vitesse du fleuve ne permet pas à un bac à fil de fonctionner. Il n’existe pas d’autre bac de ce type en aval de celui reliant Klosteneuburg à Korneuburg. Les bacs de Weissenkirchen et de Spitz/Danube en Wachau sont du même type.
Le bac qui a été privatisé en 1994, peut transporter outre piétons, cyclistes et motos 4 voitures et accepte les véhicules jusqu’à une longueur maximale de 10,50 m. Le poids total ne doit pas dépasser 25 tonnes et le nombre de passagers 40 personnes.

Eric Baude pour Danube-culture, © droits réservés, novembre 2022

Notes : 
1 Le brouillard qui parfois efface la réalité du fleuve a joué un mauvais tour au bac qui est entré en collision le matin du 17 octobre 2017 avec un convoi qui descendait le Danube. Les autorités compétentes ont attribué l’origine de l’accident à une erreur d’appréciation du capitaine du bac.

Photo Danube-culture © droits réservés

Retour en haut de page