La basilique de l’Assomption de Bad Deutsch-Altenburg, chef d’oeuvre romano-gothique de l’art religieux danubien autrichien

Sa construction débute vers 1058 à l’initiative du roi Henri IV (1050-1106), futur empereur du saint Empire romain germanique et de sa mère Agnès du Poitou (1025-1077) qui exaucent les voeux de l’empereur Henri III (env. 1016-1056). Elle se déroule en quatre phases. Alban et Johann Dörr, propriétaires du comté de Deutsch Altenburg, font ensuite agrandir le bâtiment en 1213. La tour avec son clocher octogonal et le choeur en style gothique flambloyant sont érigés au XIVe siècle. Trois incendies (1585, 1683 et 1774) endommagent gravement le monument. L’église, laissée en ruine dans la première moitié du XIXe siècle est restaurée entre 1897 et 1911.

Photo droits réservés

« Le vaisseau roman aux robustes piliers, étroit comme un boyau, débouche sur un choeur gothique plus dégagé ; pareillement à l’extérieur, la nef contraste par sa nudité avec l’abside dont la riche facture apparaît comme une réduction de la cathédrale de Vienne. Si la tour gothique à la fois porche et façade, est unique de son espèce, l’ossuaire roman, de dimensions réduites, est un précieux joyau. » (« La Basse-Autriche » in Eugène Susini, Autriche, Éditions Arthaud)

L’ossuaire roman dédié à saint Léonard et le cimetière, photo droits réservés

De par son élégance architecturale, son emplacement de choix sur une terrasse dominant le Danube aux portes de la Hongrie (Porta Hungarica) le bâtiment avec son ossuaire roman de forme circulaire et sa chapelle dédiés à saint Léonard érigés au XIIIe siècle et son cimetière est l’un des plus beaux ensembles médiéval de l’Autriche danubienne.

Eric Baude, Danube-culture , mars 2020, droits réservés

Sources :
LINKE, Reinhard, Porta Hungarica, Nieerösterreicische Kulturwegge, NÖ Landesarchiv und NÖ Institut für Landeskunde, Sankt Pölten
SUSINI, Eugène, Autriche, Arthaud, 1960

Sainte-Marie de l’Assomption dans son environnement naturel, photo © Danube-culture, droits réservés

 

Retour en haut de page
Praesent mi, Aenean leo. ipsum Aliquam in mattis