Rappel de quelques règles de base à propos de la célèbre « Ciorbă de pește » la traditionnelle soupe de poisson du Danube

1) Il n’existe pas de soupe de poisson lipovène, ukrainienne, roumaine, bulgare, turque… Ces appellations ne sont que du marketing pour des touristes naïfs.

2) Ce n’est évidemment pas l’eau du Danube qui donne le goût de la soupe de poisson. L’eau doit être incolore, insipide et inodore. Mais certaines personnes malhonnêtes le font croire aux touristes.

3) La soupe de poisson ne doit être préparée qu’avec quatre ingrédients de base : des poissons, des oignons, des poivrons et des tomates. Tout ajout d’autres légumes change le goût de la soupe de poisson. Les pêcheurs d’autrefois n’utilisaient pendant l’hiver, en plus des poissons, que des pommes de terre et des oignons.

4) Le bortsch de poisson n’est pas non plus le nom qu’il convient d’utiliser pour cette recette. Le nom exact est tout simplement «Ciorbă de pește» la soupe de poisson.

5) Le véritable secret de la recette de la soupe de poisson est d’utiliser le plus d’espèces de poissons possible. Les pêcheurs utilisaient traditionnellement au moins cinq types de poissons gras.

6) Les pêcheurs, après avoir nettoyé les poissons y laissaient à l’intérieur les œufs, le lait et la basica (vessie). Ces ingrédients donnent une saveur très particulière à la soupe de poisson.

7) Pour réussir une soupe de poisson n’utilisez que des poissons provenant du delta du Danube ou du fleuve lui-même. Les poissons d’élevage sont à proscrire tant leur goût, en raison de la nourriture qu’on leur donne, est insipide.

8) La meilleure soupe de poisson est évidemment préparée avec des poissons frais. Les poissons congelés dénature la saveur de la soupe.

9) La soupe de poisson est également préparée avec du vinaigre, du sel et du leustean (Livèche ou céleri perpétuel). Elle est encore plus savoureuse quand on la mange accompagnée d’une sauce mujdei, une sauce épicée composée de gousses d’ail concassés et broyés en une pâte, salés et mélangés énergiquement avec de l’huile végétale ou encore avec de l’eau. Étymologiquement le mot roumain « mujdei » viendrait d’une déformation du français « mousse d’ail ».

10) Les pêcheurs ne mélangeaient pas dans leur assiette la soupe et les morceaux de poissons. Les morceaux de poissons étaient placés à part sur un plateau en bois appelé « stablea » et mangés accompagné de sauce mujdei. Vous pouvez déguster la soupe après avoir mangé les poissons.

Retour en haut de page
porta. eget Praesent ultricies risus Sed amet, ut