Sámuel Mikoviny (entre 1686/1700 ?-1750), savant universel des Lumières

Il s’initie tout d’abord et pratique avec talent l’art de la gravure à Nuremberg, étudie les mathématiques aux universités d’Altdorf et d’Iena ainsi que l’astronomie à Vienne avant de travailler à Bratislava comme ingénieur, consacrant alors son travail à la construction et à l’aménagement d’ouvrages de protection contre les inondations du Danube et de la rivière Váh (Vág en hongrois, Waag en allemand, affluent slovaque du Danube) régularisant leurs cours et améliorant les conditions de leur navigation. Il s’intéresse également à l’astronomie et installe chez lui à Bratislava son propre observatoire. Ses observations astronomiques l’aident pour son travail de cartographe. Dans ce domaine, sa contribution à l’élaboration d’une nouvelle carte du royaume de Hongrie dont la méthode se base sur quatre principes, astronomique, géométrique, magnétique et hydrographique, fut prépondérante.

Carte de la Basse Hongrie  et du district cisdanubien (1739) avec les cités de Strigonium (Esztergom), Visegrád et Pesth

Sámuel Mikoviny collabore avec son contemporain le philosophe et encyclopédiste Matthias Bel (1684-1749), autre savant renommé du royaume de Hongrie, en gravant cartes et illustrations de villes et de châteaux, notamment pour son encyclopédie Nototiae Hungariae Novae Historico-Geographica.

Samuel Mikoviny avec un des collaborateurs, carte de la Basse Hongrie et du district cisdanubien, détail, 1739

Il réalise les premières cartes topographiques des comtés du royaume de Hongrie, supervise la construction d’un système élaboré de réservoirs à eau pour des mines inondées tout en permettant d’approvisionner l’industrie locale en énergie et enseigne, à partir de 1735, à l’école des mines de Banská Štiavnica qui deviendra plus tard la première université technique européenne.

Mappa Danubii cursum situmque, 1742, sources Archives nationales de Hongrie

Sámuel Mikoviny fut membre de l’Académie des Sciences de Prusse à Berlin. Pendant la guerre austro-prussienne de Silésie, l’impératrice Marie-Thérèse fait appel à lui pour fortifier la frontière moravo-silésienne. Il achève en 1748 des travaux de régulation du Danube dans la région de Komárom, élabore les plans d’un futur palais royal à Buda puis se consacre à l’archéologie, publiant une carte de la ville et forteresse romaine de Brigetio (Komárom) sur le Danube. Il meurt pendant la construction d’ouvrages contre les inondations de la Váh au début du printemps 1750.

Bibliothèque royale d’Altdorf (1723)

Danube-culture, novembre 2019, droits réservés

Retour en haut de page
et, ut venenatis non leo id