La Nabada d’Ulm : une grande fête nautique danubienne !

    Selon la tradition le maire d’Ulm prête également ce jour-là devant les habitants de la ville le serment d’être un édile honnête et impartial dans la gestion de la cité, tant pour les pauvres que pour les riches. La Nabada commence l’après-midi à 16h
Nabada est un mot du dialecte souabe pour « hinunter » (vers le bas, vers l’aval). Et l’on vient aussi de très loin pour admirer ce carnaval aquatique qui met en scène toutes sortes de drôles embarcations animées à thème ou non, musicales… qui descendent alors le Danube sur un parcours de 7 km.

La Nabada d’Ulm, édition 2022, photo droits réservés

Le Danube fait partie intimement de l’histoire fluviale de la ville avec  ces deux petits affluents, l’Iller (147 km) et la Blau (22, 3 km) dont le nom ne provient pas comme on pourrait le croire de la couleur bleue (blau en allemand) mais vraisemblable du mot celte Blava, deux  rivières qui se jettent dans le fleuve à cet endroit, cette dernière traversant joyeusement le bastion des pêcheurs (Fischerbastei). 

Le bastion des pêcheurs d’Ulm sur la rive gauche du Danube, photo Danube-culture © droits réservés

    Ulm et le Danube c’est d’abord ce bastion historique des pêcheurs, aujourd’hui haut-lieu touristique sur la rive gauche du Danube, en contrebas de la cathédrale miraculeusement épargnée par les bombardements pendant la deuxième guerre mondiale et dont la flèche est la plus haute du monde (161,53 m).

La nef centrale de la cathédrale d’Ulm, photo © Danube-culture, droits réservés

   Le Danube souabe ce sont aussi les fameux « Ulmer Schachtel » dénommés en français « boites d’Ulm », ces coches d’eau construits sur le modèle des « Zille » viennoises dont on trouve une représentation sur la façade sud de l’Hôtel de ville, embarcations de transport en bois à fond plat, et destinées en principe à ne servir que pour un voyage aller (le bois pouvait être alors revendu sur le lieu d’arrivée ou servir de matériel pour la construction de maisons et autres bâtiments).

Un « Ulmer Schachtel » (boîte d’Ulm), fresque peinte sur la façade sud de l’Hôtel de ville, photo Danube-culture © droits réservés

De nombreux colons souabes descendirent le fleuve sur ces embarcations à la rencontre de leur destin pour s’installer au XVIIIe et XIXe, en plusieurs vagues successives (3 importantes vagues au XVIIIe soit environ 150 000 colons sur des territoires danubiens souvent marécageux des confins de l’Europe centrale et de l’Europe orientale, territoires reconquis au détriment de l’Empire ottoman soit par l’Empire autrichien (Banat, Batchka, Syrmie…), soit par l’Empire russe (Bessarabie, Dobroudja). Dans un tragique retournement dont l’Histoire des hommes a le secret, un grand nombre de leur descendants, fuyant les armées soviétiques, referont au XXe siècle, à la fin de la seconde guerre mondiale, le trajet en sens inverse jusqu’en Souabe pour les plus chanceux d’entre eux. Une visite au passionnant Musée central des Souabes du Danube d’Ulm permet de mieux comprendre leur épopée. 

Enseigne dans le bastion des pêcheurs, photo © Danube-culture, droits réservés

La ville d’Ulm fête encore le Danube avec de célèbres joutes nautiques, le Fischerstechen, une manifestation dont l’origine remonte au XVe siècle voire au Moyen-âge. Elle se déroule sur le fleuve tous les quatre ans, les deux dimanches précédent le lundi du serment. 16 équipages déguisés avec des costumes historiques défilent dans la ville puis s’affrontent à l’aide de lances en bois sur des « Zille » sous le regard amusé des spectateurs. Baignade dans le Danube pour les participants garantie sauf pour le vainqueur !  La dernière édition a eu lieu en 2017 et la prochaine édition du Fischerstechen se déroulera le 18 juillet 2021. On s’y retrouve ?

Eric Baude, Danube-culture © droits réservés, mis à jour août 2022

Le Fischerstechen d’Ulm en 2017n photo droits réservés

Pour séjourner et visiter Ulm :
Office du Tourisme d’Ulm (très courtois et efficace) :
https://tourismus.ulm.de
tourismus-region-ulm.de
www.ulmer-schifferverein.de
schwoermontag.com
(en allemand)

Musée central des Souabes du Danube (Donauschwäbisches Zentralmuseum Ulm) :
www.dzm-museum.de

Bastion des pêcheurs, photo Danube-culture © droits réservés

Sur les ailes du Danube : Albert Ludwig Berblinger, le tailleur d’Ulm qui se prenait pour Icare !

Tailleur de profession mais inventeur par passion, Albrecht Ludwig Berblinger, citoyen d’Ulm voulait faire du Danube le lieu de ses exploits, de la concrétisation d’un rêve fou qui l’obsédait. Mais celui-ci ne rêvait pas ni de pêche prodigue dans le fleuve, ni d’exil ou de la conquête de nouveaux territoires, en aval et plus à l’Est comme le firent ses compatriotes, les « Donauschwaben », les Souabes du Danube, originaires d’Ulm et des environs. Son rêve à lui c’était de voler avec ses propres ailes, des ailes de sa fabrication, élaborées patiemment. Aussi, après les avoir réalisé s’entraina t-il en secret en se lançant de petites collines des environs d’Ulm. Puis Berblinger annonça dans le journal local qu’il s’élancerait d’un tremplin rehaussant l’un des bastions des remparts le 4 juin 1811.
Le roi Frédéric Ier de Bavière qui devait se rendre en visite à Ulm le 30 mai se montra vivement intéressé par le projet du tailleur-inventeur et lui envoya pour l’encourager la coquette somme de 20 Louis d’or. La ville et le prestigieux comité d’accueil demandèrent à Berblinger d’avancer son vol pour le jour de la visite du roi. Berblinger ne pouvait pas refuser. Au jour dit, le public nombreux se rassembla à proximité des remparts. Mais une aile se brisa et l’obligea à repousser son envol au lendemain. Ce jour-là, ce fut le vent qui l’en empêcha. Malgré des conditions météorologiques toujours défavorables, Berblinger s’élança deux jours plus tard. La démonstration tourna au drame et le pauvre tailleur tomba directement dans le fleuve sans même avoir pu déployer ses ailes. Des pêcheurs indulgents le récupèrent. On le moqua. Il fut la risée de sa corporation qui l’exclura. Berblinger dut quitter Ulm. On n’entendra plus jamais parler de lui. Il noiera son échec dans l’alcool et l’addiction au jeu. Quant à ses ailes, la légende raconte que sa femme les aurait vendu à un artisan qui aurait fabriquer des parasols avec !

L’essai malheureux de Berblinger et son sauvetage par des pêcheurs d’après une gravure d’époque

Admirative de l’exploit de son tailleur, de son projet de voler et de son génie inventif, la municipalité d’Ulm a fait réalisé et expose dans le hall d’honneur de son hôtel de ville une réplique des ailes de son intrépide mais malheureux Icare local.
Le Danube avait déjà inspiré plusieurs autres essais, ceux-là réussis. En 1808, un horloger et inventeur viennois d’origine suisse, Johann Jakob Degen (1761-1848) avait réussi à s’envoler du Parc du Prater à l’aide d’une machine de son invention. Il effectuera un vol libre d’une heure le 6 septembre 1810 de Laxenburg à Vösendorf en présence de l’empereur François Ier.

Plaque commémorative sur la dernière maison viennoise où vécut Jakob Degen

Eric Baude pour Danube-culture © droits réservés, mis à jour  avril 2022

Des aventuriers sur le Danube (I) : L’Écossais John MacGregor descend le fleuve en canoë depuis Donaueschingen jusqu’à Ulm (1865)

« Une charrette pleine de chanteurs… »

   John MacGregor (1825-1892) publiera le journal de bord de son voyage européen de l’année 1865 dès l’année suivante sous le titre « A thousand miles in the « Rob Roy » canoë on rivers and lakes of Europe ».1 Ce voyage l’emmène de Londres… à Londres ou plus exactement de la Tamise à la Tamise.
Après avoir traversé la Manche à bord de son embarcation légère, un canoë qu’il a baptisé « Rob Roy » sur laquelle flotte un petit drapeau britannique, John MacGregor commence par naviguer sur la Meuse, le Rhin, le Main et à nouveau le Rhin qu’il quitte pour franchir en tirant son canoë le massif de la Forêt-Noire et atteindre les sources du Danube via le Titisee. Il en explore les environs, remonte la Breg et la Brigach puis suit le Danube de Donaueschingen jusqu’à Ulm, passe brièvement sur son affluent l’Iller, rejoint (en train) Friedrichshafen et le le lac de Constance pour retrouver le Rhin jusqu’à Schaffhouse (Suisse). De là il traverse le lac de Zürich, navigue ensuite sur les lacs de Zug et des Quatre-Cantons, sur l’Aar, retrouve le Rhin, franchit Bâle, passe en France sur le canal Rhin-Rhône, rejoint la Moselle via les Vosges et Remiremont, transite par la Meurthe et la Marne pour descendre vers Paris où se termine son périple avec son canoë. De Paris John MacGregor rentre en Angleterre par le train via Calais, un voyage qui lui coûte huit francs de l’époque. Il lui faut encore deux schillings pour le bateau de Calais à Douvres. Les chemins de fer britanniques transporte gratuitement le « Rob Roy » de Douvres jusqu’à Charing Cross (Londres). Là, deux porteurs l’emmène jusqu’à la Tamise : « Une marée montante, par une soirée ensoleillée, nous porte rapidement et gaiement jusqu’à Searle’s, où je débarque les affaires du « Rob Roy », prenant pied, reconnaissant et sain et sauf, une fois de plus, sur le rivage de la vieille Angleterre dont le drapeau a bravé sur un millier de miles les rapides et les obstacles. »

Le « Rob Roy » avec sa voile

Ce long voyage précède de plus de vingt ans sur le Danube les périples de deux Français dont nous évoquerons les aventures danubiennes dans de prochains articles, Émile Tanneguy de Wogan (1850-1906), un explorateur et homme de lettres qui publie son Voyage du canot en papier le « Qui-Vive » et aventures de son capitaine en 1887 à la Librairie Hachette, et le futur général et photographe amateur Paul Lancrenon (1857-1922) qui descendra avec sa périssoire, une embarcation légère à la fois robuste et fragile, de nombreux fleuves (y compris le Danube et la Volga !) et rivières européens. Alors que Tanneguy de Wogan partira comme John MacGregor de Donaueschingen vers Ulm, Paul Lancrenon commencera son périple là où ses deux prédécesseurs ont terminé le leur. Il part d’Ulm pendant l’été 1889 avec sa périssoire démontable « Vagabonde III » expressément fabriquée à Paris par Auguste Tellier (1840-1914) et descendra le Danube jusqu’à Belgrade. Paul Lancrenon semble avoir renoncé malgré lui pour des impératifs de temps à poursuivre son aventure en aval et en particulier à franchira avec sa périssoire les Portes-de-Fer. Il rentrera avec son bateau en France par le train depuis la capitale serbe mais reviendra par la suite sur le Danube.2
   Il est impossible de ne pas citer également (Boynton ? 1848-1924), aventurier, sportif, nageur de longues distances et inventeur américain qui en 1876, lors de son séjour en Europe, descend avec une combinaison de son invention le Danube à la nage de Linz à Budapest en quatre-vingt-quatre heures tout en faisant une étape remarquée à Vienne, exploit qui ne manque pas de faire sensation. Paul Boyton publiera à son retour le récit de ses nombreuses aventures et voyages dans son livre autobiographique The story of Paul Boyton (1892).

Aux sources du Danube en 1865

   « On n’est pas plus d’accord sur le lieu de la source réelle du Danube que sur celle du Nil. Après avoir essayé d’obtenir des informations précises auprès des habitants de la ville, j’ai passé une journée à explorer les environs. La région de Donaueschingen est composée d’un sol perméable3 avec de nombreux petits et quelques plus grands ruisseaux. J’ai suivi l’un d’eux, la Breg, qui prend sa source à vingt miles de là, près [du hameau] de Saint-Martin4, et j’ai exploré une dizaine de miles d’un autre, la Brigach. Ce ruisseau prend sa source près de Saint-Georges5, à une lieue environ de la source du Neckar6, qui se jette dans le Rhin7. La Breg et la Brigach se rejoignent près de Donaueschingen. Mais dans la ville, une source d’eau claire jaillit dans les jardins du prince8, près de l’église. Ce cours d’eau, le jeune Danube, se mêle aux autres, déjà assez larges ici pour une barque, et qui portent maintenant pour la première fois le nom de Danube. 

   On raconte que le nom de Danube n’a jamais été donné aux deux autres ruisseaux parce qu’ils s’assèchent parfois pendant les étés chauds, alors que la source d’eau claire des jardins du prince coule sans interruption depuis des temps immémoriaux.
   La Breg et un autre ruisseau secondaire sont détournés pour remplir un étang près de la Brigach. Celui-ci est entouré d’une forêt et est joli à voir avec son île, ses cygnes et ses poissons rouges. Une roue à eau (que l’on a vainement essayé de cacher) pompe l’eau jusqu’à une corne d’abondance dans un groupe de statues au milieu de l’étang romantique. L’eau qui s’écoule rejoint les autres ruisseaux et forme ensemble ce qu’on appelle maintenant le Danube, l’ancien Ister romain.9 Pour qu’il n’y ait pas d’erreur possible, je les ai tous remonté jusqu’à ce qu’ils soient trop plats pour qu’un canoë puisse y flotter.
   Hilbert [?] dit que « le nom « Danube » vient de Don et Düna (un fleuve). En celte, « Dune » signifie rivière et « don » « brun », tandis que « au » signifie en allemand « île »(comme en anglais « eyot »).10
   Il semble que ces cours d’eau aient conservé des traces de leurs noms romains. Telle la Brigach, le ruisseau qui vient du nord, où se trouve Alt-Breisach, le « Mons Brisiacus » romain, un lieu toujours cité dans les annales des guerres, alors que Breg pourrait peut-être venir de « Brigantii », les gens du « Brigantus Lacus », l’actuel lac de Constance, où Bregenz est l’ancien « Brigantius ». Le Neckar s’appelait autrefois « Nicer », et la Forêt Noire,  « Hercynia Silva ».
Maintenant que le lecteur a été suffisamment embrouillé en ce qui concerne la source du Danube ainsi que son nom, laissons le latin de côté et sautons gaiement dans notre canoë. Des chanteurs firent entendre leur « so-fa » en guise d’adieu et poussèrent des cris de joie à la vue du drapeau anglais. Mon aubergiste – dont la facture de 13 francs pour trois jours avait été payée – s’inclina profondément. La population était surprise. Le 28 août 1865, le « Rob Roy  » quitta le petit pont et s’élança à la vitesse d’une flèche sur le magnifique fleuve tout jeune. 

« Lentement… »

   Au début, le Danube ne mesure que quelques pieds de largeur, mais bientôt il s’élargit et les affluents de la vaste plaine lui font rapidement atteindre la largeur de la Tamise à Henley. Le fleuve sombre et silencieux s’étire en de lents et larges méandres à travers une campagne plate recouverte de prairies. Des roseaux chancelants l’encadrent et des plantes grimpantes argentées et endormies reposent dans l’eau. Outre différentes espèces de canards, on y trouve par dizaines des hérons au long plumage, au longues ailes et aux longues pattes qui semblent avoir oublié de se doter d’un corps. De jolis papillons multicolores glissent sur les rayons du soleil et de fières libellules planent dans l’air.
Des gens de la campagne ramènent du foin. La moitié de leur travail consiste à affuter les lames souples de leurs maigres faux, qu’ils trempent ensuite dans l’eau. Ils discutent et lorsque je passe à leur hauteur, je découvre une série de bouches ouvertes et d’yeux étonnés. Mais dès qu’ils retrouvent leur présence d’esprit, ils font preuve de politesse en me disant « bonjour » et en enlevant leur chapeau. Puis ils en appellent d’autres, et tous rient lourdement –  en fait pas du tout de manière désobligeante, mais avec un rire franc et sincère face à cette étrange clandestinité en regardant un homme coincé dans un canoë à des centaines de miles de chez lui et qui pourtant sifflote joyeusement… »

John MacGregor, A thousand miles in the « Rob Roy » canoë on rivers and lakes of Europe, London : Sampson Low, son, and Marston, Milton House, Ludgate-Hill, 1866.
John MacGregor est l’auteur des illustrations.
Traduction Danube-culture, © droits réservés 

Notes :
David Henry Thoreau (1817-1862) a déjà publié « A week on the Concord and Merrimacks Rivers », « Une semaine sur les fleuves Concord et Merrimack » en 1849 et l’écossais et compatriote de John MacGregor, Robert Louis Stevenson publiera « An Inland Voyage », « Voyage en canoë sur les rivières du Nord »  en 1878.
2 Paul Lancrenon publie l’année suivante (1890) le récit de son voyage fluvial sous le titre « D’Ulm à Belgrade. 1500 kilomètres en périssoire », ouvrage entièrement lithographié et illustré de 25 dessins dont 7 à pleine page et une carte dépliante, Belfort, 1890. Paul Lancrenon publiera un second livre sur ses nouvelles aventures danubiennes (avec le Rhin supérieur et la Volga) de 1896, Trois mille lieues à la pagaie, de la Seine à la Volga, Paris, E. Plon-Nourrit et Cie, 1898.
3 Un sol de type karstique dans le lequel l’eau de fleuves (Danube, Rhin…) ou de rivières peut s’infiltrer et ressurgir via un réseau souterrain plusieurs dizaine de kilomètres plus loin dans un autre bassin versant comme c’est le cas pour le Danube à Immendingen dont une partie conséquente des eaux ressurgissent dans le bassin versant du Rhin à  peu avant le la
4 À la hauteur de 1078 m au hameau de Saint Martin au dessus du village de Furtwangen (Land du Bade-Wurtemberg) dans la Forêt-Noire où la Breg prend sa source.
5 À environ 925 m de hauteur sur la commune de  Sankt Georgen im Schwarzwald  (Bade-Wurtemberg)
6 Cette rivière de 362, 3 km qui  prend sa source à Schwenningen (Bade-Wurtemberg) a été avant les bouleversements géologiques du pliocène qui ont privé le Danube originel (Urdonau) d’une partie de son bassin au profit du Rhin, un affluent du Danube.
de Furstenberg
8 Voir l’article consacré à ce toponyme sue ce site.
9 L’Ister est le nom donné par les Grecs au Bas-Danube
10 Voir l’article consacré à l’étymologie du nom Danube sur ce site.

« De nombreux spectateurs du matin… »

Ulm, ville libre impériale et aujourd’hui capitale du Land de Bade-Würtemberg

« Le Fischerviertel » ou Quartier des pêcheurs, est un site enchanteur, avec ses ruelles intimes et accueillantes, ses auberges prodigues en truites et en asperges, ses brasseries en plein air, sa promenade sur le Danube, ses vieilles maisons avec des glycines se reflétant dans la Blau, le ruisseau du lieu, lequel se jette discrètement dans le grand fleuve… ».
C. Magris, Danube, Éditions Gallimard, Paris, 1988

Le quartier des pêcheurs et la Blau en 1930

   Fondée en 854, la cité d’Ulm a été érigée en ville libre impériale par l’empereur Frédéric Barberousse en 1274. Elle est annexée quelques années à la Bavière au tout début du XIXe siècle puis restituée en partie au duché de Würtemberg dès 1810. La ville fut détruite par un bombardement allié en 1944 à plus de 80 %.

   La « cathédrale » d’Ulm (1377-1890), en fait une église luthérienne gothique mais au dimension d’une cathédrale, revendique la flèche la plus haute du monde. La ville possède encore un monastère bénédictin baroque avec une splendide bibliothèque, de jolies fontaines, une horloge astronomique du XVIe siècle, un quartier historique des pêcheurs au bord de la Blau, plusieurs musées dont un intéressant Musée du pain, un remarquable Musée d’art du XXIe siècle (Musée Weishaupt), un Musée des Souabes du Danube (die Donauschwaben) qui relate l’histoire passionnante mais tragique des migrations volontaires ou imposées  de ce peuple le long du fleuve. Au XVIIIe siècle près de 150.000 immigrants de langue allemande ont été incités à s’installer sur les terres hongroises reconquises sur les turcs par la couronne impériale autrichienne. La majorité venait d’Autriche (en fait des Pays de Bohême) et de Souabe. Il y eut 3 vagues principales de migration :

-de 1723 à 1726
-de 1764 à 1771
-de 1784 à 1786

À la fin de la deuxième guerre mondiale, quelques 13 à 15 millions de cette population d’ethnie allemande ont été expulsés de leur terre d’adoption par les régimes communistes de Hongrie et de Roumanie. Ce fut l’une des plus grandes campagne de nettoyage ethnique jamais réalisée dans l’histoire de l’humanité.

Plaque dédiée aux Souabes du Danube, photo Danube-culture, droits réservés

« Sur la grand-place d’Ulm s’élève la cathédrale, dont le clocher est le plus haut du monde, et dont la construction — hétérogène — s’est étendue sur plusieurs siècles, puisqu’elle a commencé en 1377 et s’est terminée (si l’on ne tient pas compte de restaurations postérieures ) en 1890. Cette cathédrale a quelque chose de déplacé, cette pointe de mauvaise grâce qui apparaît presque toujours dans les exploits, dans les records… »
Claudio Magris, « L’archiviste des vilénies », in Danube, Éditions Gallimard, Paris, 1988

Le marché aux cochons
« La ville est aimable, les 548 brasseries recensées en 1875 semblent réconcilier idéalement Christian Friedrich Daniel Schubart, le poète révolté et Albrecht Ludwig Berblinger le célèbre tailleur qui voulait voler et retomba comme une pierre dans le Danube, le nouveau cinéma allemand, né en grande partie à Ulm, et la célèbre école supérieure de design. C’est de cet aimable genius loci que faisait preuve aussi le plus illustre des fils d’Ulm, Einstein, en écrivant dans un joli quatrain en vers, que les étoiles ― qui se moquent de la théorie de la relativité ― continuent éternellement leur chemin selon les lois de Newton.
Sur la façade de l’hôtel de ville, une plaque rappelle qu’à Ulm Kepler a publié ses Tables Rodolphines et inventé un poids-étalon adopté par la ville ; sur la place du marché aux bestiaux une autre plaque, qui célèbre avec arrogance les victoires allemandes de 1870 et la fondation du Reich de l’empereur Guillaume, ajoute sur un autre ton :
« Auch auf dem Markt der Säue,
Wohnt echte deutsche Treue ! »
« Même au marché aux cochons, bat un coeur allemand loyal. »

Photo Danube-culture, droits réservés

Cette rime entre Säue (truie) et Treue (fidélité) est déjà, involontairement, une caricature malicieuse de ce qui, en peu d’années, allait devenir la vulgarité du riche et puissant Troisième Reich. C’est avec une tout autre délicatesse, par contre, qu’on a peint en 1717 sur la belle Maison des Pêcheurs, qui se trouve sur la petite place du même nom, l’image d’une ville, Weissenburg, autrement dit Belgrade. Le peintre, Johannes Matthäus Scheiffele, maître de sa corporation, a voulu immortaliser les convois militaires qui partaient d’Ulm et descendaient le Danube pour aller combattre les Turcs ; Belgrade, reprise puis perdue, étant un des noeuds stratégiques de cette guerre. C’est d’Ulm également, sur de grosses barques connues sous le nom de « pontons d’Ulm » [Ulmer Schachtel] que partaient les colons allemands qui s’en allaient peupler le Banat, les « Donaueschwaben », les Souabes du Danube, qui, durant deux siècles, de Marie-Thérèse à la seconde guerre mondiale, allaient marquer radicalement de leur empreinte cette civilisation danubienne aujourd’hui effacée… »
Claudio Magris, « Le marché aux cochons » in Danube, Éditions Gallimard, Paris, 1988

Fresque d’un « Ponton d’Ulm » sur l’ancienne mairie, photo Danube-culture, droits réservés

Sur le Danube supérieur…
« Il est indubitable qu’Ulm se trouve sur le Danube supérieur. Mais jusqu’où précisément arrive ce dernier, où se trouvent son début et sa fin, quelle est son aire, son identité, sa notion même ? L’ingénieur Neweklowsky a passé sa vie à tracer les limites de l’ « Obere Donau », du Danube supérieur, et ― une fois circonscrit ce territoire ― à le passer au crible, à le classifier et à le le cataloguer mètre par mètre dans l’espace et dans le temps, en ce qui concerne la couleur des eaux et les tarifs douaniers, le paysage qu’il offre à la perception immédiate et les siècles qui l’on construit. Comme Flaubert ou Proust, Neweklowsky a consacré toute son existence à son oeuvre, à l’écriture, au Livre ; le résultat, c’est un volume en trois tomes de 2 164 pages en tout, y compris les illustrations, qui pèse cinq kilos neuf cents et qui, comme le dit son titre, a, pour sujet non pas le Danube, mais plus modestement La navigation et le flottage sur le Danube supérieur (1952-1964). »
Claudio Magris, « Deux mille cent soixante-quatre pages et cinq kilos neuf cents de Danube supérieur », in Danube, Éditions Gallimard, Paris, 1988

Guerre et paix sur les bords du Danube
« Près de l’abbaye d’Elchingen, à quelques kilomètres de la ville, se trouve l’endroit où fut signée, le 19 octobre 1805, la Capitulation d’Ulm, reddition du général autrichien Mack — le « malheureux Mack » dont parle Tolstoï dans Guerre et Paix — à Napoléon. Une stèle rappelle le souvenir des morts napoléoniens — soldats français ou venus des divers États allemands alliés à l’époque avec l’Empereur :

À LA MÉMOIRE DES SOLDATS
DE LA GRANDE ARMÉE DE 1805
BAVAROIS, WURTEMBERGEOIS, BADOIS
ET FRANÇAIS

Camille ROQUEPLAN (1803-1855), bataille d’Elchingen et victoire du maréchal Ney sur les Autrichiens, le 14 octobre 1805.Un escadron du 10e régiment de chasseurs à cheval, commandé par le chef de brigade Auguste François-Marie Colbert de Chabanais, franchit  le Danube sur un pont en bois. À l’arrière plan, l’abbaye bénédictine d’Elchingen.Fusain et craies sur papier teinté.

Le paysage, avec ses bois brumeux le long du fleuve, fait penser à une gravure représentant une bataille. Une brèche montre l’endroit où le maréchal Ney fondit sur les défenses autrichiennes.
Cette section du Danube a été le théâtre de grandes batailles, comme celle d’Höchstadt (ou de Blenheim), au cours de laquelle le prince Eugène et Lord Marlborough, pendant la guerre de succession d’Espagne, infligèrent en 1704 une défaite à l’armée française du Roi-Soleil. Mais ces batailles aux abords du Danube sont des batailles de la vieille Europe prérévolutionnaire et prémoderne, qui prolongent — au gré des victoires et des défaites des différentes grandes puissances — l’équilibre entre les monarchies absolues jusqu’en 1789. L’empire danubien incarne par excellence ce monde de la tradition et Napoléon, qui après avoir vaincu les Autrichiens à Ulm entre dans Vienne, incarne, lui, la modernité qui talonne et serre de près le vieil ordre habsburgo-danubien, dans une poursuite qui n’aboutira qu’en 1918. »
Claudio Magris, « Grillparzer et Napoléon », in Danube, Éditions Gallimard, Paris, 1988

Site internet des villes d’Ulm et de Neu-Ulm : www.ulm.de
Office de tourisme : www.tourismus.ulm.de

Culture :
Musée de la culture du pain (Museum der Brotkultur) : www.museum-brotkultur.de
Musée centrale des Souabes du Danube (Donauschwäbische Zentralmuseum) : www.dzm-museum.de
Kunsthalle (Galerie) Weishaupt : www.kunsthallenweishaupt.de

Retour en haut de page