Le Boudjak (Bessarabie), territoire danubien d’affrontements aux confins des empires russes et ottomans

Le Boudjak (Bucak en turc, Bugeac en roumain, Буджак en ukrainien) est une région du sud de la Bessarabie située aujourd’hui en Ukraine dans l’arrondissement d’Odessa, entre la Moldavie, la mer Noire, le delta du Danube au sud et le Dniestr au nord-est.
Les principales villes danubiennes du Boudjak ukrainien sont Izmaïl, Reni, Kilia et Vylkove, toutes les quatre sur la rive gauche du bras septentrional de Kilia qui sépare actuellement l’Ukraine de la Roumanie.

Délimité par les villes de Bender (Bendery en russe, Tighina en roumain et moldave) cité moldave sur les bords du Dniestr appartenant depuis 1992 à la petite république secéssioniste sous emprise russe de Transnitrie), Izmaïl,  important port danubien ukrainien et Bilhorod-Dnistrovskyi (Ukraine), le Boudjak fut longtemps le territoire de multiples affrontements et reconquêtes entre l’Empire russe et l’Empire ottoman. Celui-ci y importa notamment, lors de sa longue occupation, la culture du safran. La maîtrise du Boudjak permettait avant tout de s’assurer un accès stratégique sur le delta du Danube et à son bras septentrional de Kylia.

Prise d’Izmaïl par les armées russes de Souvarov en décembre 1790, peinture de Samuil Schiflyar 

Le Boudjak est avec la Bessarabie un territoire valaque puis moldave au XVème siècle et passe sous contrôle ottoman jusqu’en 1812. Entre le début du XIXème siècle à la fin du XXème siècle le Boudjak change seize fois de nationalité, appartenant six fois à la Russie-Union soviétique, quatre fois à l’Empire ottoman, quatre fois à la principauté de Moldavie-Roumanie et une fois à l’Empire autrichien. Cette région est désormais ukrainienne depuis 1991.

Le Boudjak, territoire de confins âprement disputé servit aussi de refuge incertain à des diasporas d’origine européennes ou asiatiques persécutées ou en fuite comme celles des Lipovènes (Vieux-croyants russes en conflit avec leur hiérachie et les réformes du tsar) qui s’y réfugient dès le XIIIème siècle, des Gagaouzes (turcophones et chrétiens orthodoxes), des Nogaïs (Tatars turcophones d’origine nomade), des Tatars, des Juifs ou de nouvelles terres à cultiver pour des colons slaves, lorrains, allemands d’origine prussienne et du Würtemberg1, vaudois (qui y importèrent la culture de la vigne) au XIXème siècle, voisinant avec d’autres ethnies d’origine turque, cosaque, moldave qui s’étaient installées auparavant dans cette région.

Le Boudjak multiethnique, document du gouvernement ukrainien (2017)

1 Ces mêmes Allemands du Boudjak avec ceux de Bucovine qui, en 1940, à cause du pacte germano-soviétique, furent « rapatriés »  de force par bateaux et remontèrent le Danube vers le pays de leurs ancêtres.

Danube-culture, juin 2018, © Danube-culture, droits réservés

Retour en haut de page
non sed felis nunc eleifend commodo ut nec Sed ut id Donec