Le yacht « Carolus Primus », élégant navire « inspection » de la Commission Européenne du Danube

Le « Carolus Primus » ex « Oithona » (1903-1908) puis « Neptune » (1948-1971), un yacht en acier aux formes élégantes, construit en 1903 par les chantiers navals écossais A. & J. Inglis Ltd. de Glasgow, entre au service de l’administration générale de la Commission Européenne du Danube (C.E.D.) en 1909, un organisme international créé en 1856 à l’initiative du Traité de Paris (30 mars 1865) et qui a pour responsabilité l’amélioration, l’entretien, la réglementation et la police de la navigation sur le Bas-Danube.

Le premier propriétaire,  l’ingénieur et constructeur naval écossais Patrick Macnab Inglis (1864-1920, vend le bateau au lieutenant-colonel anglais James H. Crossman qui navigue entre Londres et Cannes dans les années 1905-1908. James H. Crossman décède d’un accident de moto le 23 mars 1908 en France, à Beaulieu près de Nice. Le bateau est alors racheté en 1909 par la Commission Européenne du Danube et renommé « Carolus Primus » en l’honneur de Carol Ier (1839-1914), issu de la dynastie des Hohenzollern1 et élu roi de Roumanie en 1881 après avoir été élu prince-souverain des Principautés de Roumanie en 1866. Il entre à son service comme yacht d’inspection de l’administration générale de la C.E.D. avec comme port d’attache Sulina.

Pavillon de la Commission Européenne du Danube

Le 18 août 1938, conformément aux dispositions de l’accord de Sinaia, les principales missions de la C.E.D. sont transférées à l’État roumain.La C.E.D. et ses agents cessent d’exercer leurs prérogatives sur le Danube maritime, dans la rade et le port de Sulina. Ce pays met en place pour succéder à l’organisme international un service spécifique, la Direction du Danube Maritime (D.D.M.), service dépendant de l’Administration des ports et des voies navigables (P.C.A.). La D.D.M., aux compétences multiples, réglemente la navigation sur cette partie du fleuve. Le « Carolus Primus », confié provisoirement « pour usage » à l’État roumain, a alors comme port d’attache Giurgiu.

Après l’entrée de la Roumanie dans la Seconde Guerre mondiale, le navire est mis à la disposition du général Hans Speidel (1897-1984), un des futurs conspirateurs de l’attentat contre Hitler alors chef de la mission aérienne allemande en Roumanie, en tant que navire de commandement et reçoit la permission du chef du sous-secrétariat d’État de la marine roumaine, le contre-amiral Nicolae Păiș, de naviguer sous pavillon allemand.
En avril 1942, le responsable de la Direction générale de la marine marchande, Cezar Ioanițiu, demande que le « Carolus Primus » soit restitué à l’État roumain ce que le commandement allemand accepte. Le bateau est amarré dans le port de Constanta dans son état d’origine à l’exception des deux cabines à l’arrière aménagées pour le logement de l’équipage.
Le « Carolus Primus » est alors rebaptisé sous le nom de Neptune puis devient un des navires-écoles de la marine roumaine (1948). Le bateau naviguera sous ce nouveau nom jusqu’à la fin de son existence. Le 5 décembre 1953,  la Roumanie acquiert le « Carolus Primus » de manière définitive en vertu des documents annexés à l’Accord établissant l’Administration fluviale du Bas Danube (A.F.D.J.).
Peu après, le yacht est transformé en navire-école pour les élèves de l’École technique de la Marine de Constanţa (Arrêté de la Direction générale de la navigation commerciale du 10 juillet 1954). Dans un état déplorable n’ayant plus navigué depuis plus de dix ans, son moteur a besoin de nombreuses réparations. La superstructure en bois, les aménagements intérieurs partiellement endommagés engendrent d’importants travaux de rénovation. Le Neptune réussi toutefois à renouer avec son prestigieux passé au service de la C.E.D. grâce aux élèves et aux enseignants de l’École technique de l’École technique de la Marine roumaine.

Livre d’or du « Carolus Primus », collection privée

Le navire quitte son service au sein de la marine roumaine en 1955 et est transformé en bateau de croisières côtières pour le tourisme. Il subit de nouveaux aménagements. Le couloir entre la cabine des officiers et le salon arrière est divisé en 5 cabines avec toilette et des accès directe depuis le pont, des bancs sont installés dans les deux bordés le long de la margelle et deux cabines d’équipage sont créées sous le pont avant.

Le Neptune (ex »Carolus Primus ») en réfection dans les chantiers navals de Constanţa (Roumanie), photo vers 1955 (?)

Le navire entre  à nouveau en service à partir de mai 1959. Il a reçu l’autorisation de naviguer de jour en vue de la côte à une  distance maximum de 2-3 milles marins avec un maximum de 50 personnes à bord, équipage compris.
Le bateau est radié de manière surprenante, peut-être en raison de son mauvais entretien,  du registre de la marine marchande roumaine en 1971 après soixante-huit années de bons et loyaux service.

Caractéristiques techniques :
Le « Carolus Primus », ex « Oithona » de 1903 à 1908 puis « Neptune » à partir de 1948, est un yacht à vapeur en acier à propulsion à une hélice
Construction : A. & J. Inglis Ltd., Glasgow, n° 274
Année de construction : 1903
Date d’achèvement : 16 avril 1903
Date de lancement : 10 juin 1903
Premier port d’attache : Glasgow
Structure : acier
Pont : bois
Longueur : 45, 16 m
Largeur : 7, 16 m
Hauteur : 4, 07 m
Tirant d’eau : 3, 00 m
Poids : 280 grt / 154 nrt /
Déplacement à vide : 310 tonnes
Capacité de charge : 57 TDW
Moteur : A. & J. Inglis Ltd., Glasgow, Triple Expansion Car, 3 cylindres, puissance 300 cv
carburant : charbon (consommation : 350 kg / heure)
Vitesse de croisière maximum : 11 noeuds (aval) et 9 noeuds (amont).

Notes :
1 Le roi est né au château de Sigmaringen sur le Danube (Bade-Wurtemberg, Allemagne).

Sources :
Constantin Cumpănă, Corina Apostoleanu, 2011, « Amintiri despre o flotă pierdută », vol. I – « Navele românești ale Dunării și Mării », vol. II – « Voiaje neterminate », Constanța, Editura : Telegraf Advertising.
Cunstantin Cumpana : https://rezistenta.ro/dupa-1948-yachtul-carolus-primus-a-ajuns-nava-de-croaziera

Eric Baude pour Danube-culture, mars 2022, © droits réservés

 

Le « Carolus Primus » à Galaţi en 1938, photo collection privée

Retour en haut de page