Adah Kaleh (II) : l’histoire de sa forteresse

Adah-Kaleh (île fortifiée en turc) fut célèbre avant sa disparition dans les eaux de la retenue du barrage de Djerdap pour son atmosphère singulière et exotique. Minuscule enclave, tour à tour à travers les siècles, autrichienne et turque, au milieu du défilé des Portes-de-Fer, curieusement oubliée par l’Histoire et le Traité de Berlin, roumaine officieusement à partir de 1919, on s’y rendait au XXème siècle,  avant sa disparition dans les eaux de la retenue du gigantesque barrage de Djerdap I (1970), par bateau pour découvrir son charme, ses spécialités orientales et ses parfums de pétales de roses, ses fabriques de cigarettes, on s’y promenait dans son bazar coloré et parfumé, ses rues bordées de cafés typiques et  on y admirait sa mosquée construite sur les ruines d’un ancien monastère franciscain. L’histoire de sa forteresse illustre le destin singulier de l’île.

La construction de la toute première forteresse sur l’île d’Adah-Kaleh est à l’initiative de l’Empire autrichien et remonte à 1691. Elle est réalisée selon le principe mis au point par Vauban par les troupes de Friedrich Ambros Veterani (1643-1695), un général des armées de l’Empire autrichien d’origine italienne.

Friedrich Ambros Veterani (1643-1695)

Celui-ci a par ailleurs donné son nom aux célèbres grottes de Veterani situées sur la proche rive gauche (Roumanie).

Plan nouveau et très exact de l’lsle d’Orsova… (vers 1700 ?), sources BNF

Cette place forte initiale va subir alternativement, du fait de sa position stratégique qui lui permet de fermer le défilé du Danube et de paralyser la navigation sur le fleuve, de nombreux sièges des armées ottomanes et autrichiennes. Médiocrement protégée à l’origine par de faibles fortifications en terre, elle est prise une première fois par les armées ottomanes lors d’une contre-attaque.

Détail du plan précédent, Sources BNF

Le traité de paix conclu sur les rives mêmes du Danube à Karlowitz (Sremski Karlovci, Serbie) le 26 janvier 1699 et qui met fin à la «Grande guerre turque» ou cinquième guerre austro-turque, longue de 26 années, donne la propriété de l’île à l’Empire ottoman. Mais les hostilités reprennent bientôt et ce sont cette fois les armées autrichiennes qui assiègent à la forteresse et la reprenne au bout de quelques mois. Quand à la paix de Passarowitz (Požarevac, Serbie) du 21 juillet 1718, elle entérine la prise de la forteresse par les Autrichiens bien décidés cette fois à la conserver.

Les Autrichiens décident de la construction d’une nouvelle forteresse. Les travaux se prolongent et l’ouvrage ne sera achevé qu’au bout de vingt années. De forme rectangulaire, en pierres et en briques, il est situé au centre de l’île. Ses remparts et ses bastions protègent l’ensemble du site. Sur la rive droite, aujourd’hui serbe, un fort tour de guet complémentaire est érigée. Elle est reliée à l’île par une passerelle en bois qui sera détruite au cours du XIXème siècle. Avec les fortifications élevées sur la rive droite, le dispositif, baptisé du nom de Fort Élisabeth par les Autrichiens, rend presque impossible le passage des navires ennemis.

Les hostilités reprennent et la forteresse, à peine terminée, est assiégée et tombe pourtant à nouveau aux mains des Ottomans en 1738. Le Traité de Belgrade du 18 septembre 1739 marque la fin de cette guerre opposant l’Empire ottoman  à l’Autriche (et à la Russie). Gravement endommagée par les bombardements, la forteresse est reconstruite par les nouveaux occupants. Les colons allemands qui s’y étaient installés pendant l’occupation autrichienne sont expulsés et remplacés par une population turque. Après un demi-siècle de paix les deux empires entre à nouveau en conflit en 1788 à l’initiative de Joseph II de Habsbourg (1741-1790 ). Belgrade est reconquise en 1789 par les troupes du Maréchal von Laudon (1717-1790) et Adah-Kaleh retombe pour cette fois une courte période aux mains des Autrichiens (1790). Le Traité de Svistova (1791) les contraint toutefois à restituer l’île, tout comme Belgrade, à la Sublime Porte.

Bombardement d’Adah Kaleh par les les armées autrichiennes du Maréchal von Laudon

Ce traité inaugure enfin une longue ère de paix pour l’île qui va perdre de son importance stratégique du fait du déclin de l’Empire ottoman et de l’émancipation des peuples des Balkans. Adah Kaleh perd également sa garnison turque et sa passerelle la reliant à la rive méridionale qui sera laissé à l’abandon puis détruite au cours du XIXème siècle. Occupée pendant la première guerre mondiale, officieusement roumaine dès 1918,  elle reste sous domination ottomane jusqu’en 1923 où elle fut annexée officiellement à la Roumanie par le Traité de Lausanne tout en préservant sa séduisante atmosphère orientale.

Un gros plan d’une carte de la Valachie datant de 1790 et de la brève occupation autrichienne d’alors est conservée à la Bibliothèque Nationale Autrichienne (ÖNB, Kartensammlung FBK Q.4.1a-i). Elle permet de voir simultanément une passerelle, construite après le Traité de Passarowitz ou reconstruite entretemps, qui aurait encore relié à cette époque l’île au fort et à la tour de guet sur la rive droite (territoire ottoman) et un pont de bateaux (?) provisoire, construit probablement  dès après la reprise de l’île par les autrichiens en 1790 qui relie la forteresse à la rive gauche (territoire autrichien) et aurait servi à différentes opérations militaires. 

Eric Baude © Danube-culture, février 2019

Adah Kaleh (Nouvelle Orsova) en 1830

 

Retour en haut de page
ipsum Lorem felis accumsan ut facilisis