Entre sécheresse et pollutions à répétition : le destin tragique du Danube

Entre sécheresse et pollutions à répétition : le destin tragique du second fleuve européen !

La sécheresse estivale et automnale qui a sévi en 2018 ces derniers mois sur le Danube hongrois (et ailleurs en amont et en aval…) a eu des conséquences pour le moins contrastées. D’un côté elle a permis la découverte rare mais réjouissante celle-là, d’un trésor du XVIIIème siècle, de l’autre elle a remit à l’ordre jour l’héritage non assumé du triste passé industriel communiste sur les rives hongroises et son impact environnemental calamiteux.

Un cocktail chimique de produits toxiques, cancérigènes en concentration anormalement élevée (cyanure, arsenic, plomb, naphtalène, xylène, zinc, hydrocarbures…) a été découvert pendant l’été 2018, en raison des basses-eaux dans le Danube budapestois lors de mesures effectuées par le site d’information Index et Greenpeace, à la hauteur de l’ancienne usine à gaz d’Óbuda. Cette usine a été  fermée dès 1984 mais son site n’a toujours pas été décontaminé depuis… Une situation inquiétante dont les pouvoirs publics, informés depuis au moins bientôt dix années ne se sont pas vraiment préoccupés et n’ont pas réussi à résoudre. L’année passée, aucune entreprise n’a répondu à l’appel d’offre pour un projet de décontamination des sols et des eaux souterraines, une situation digne de Kafka !
 Courrier des Balkans, 21 octobre 2018

Une nouvelle catastrophe qui s’ajoute à la longue liste des pollutions subies par le Moyen et le Bas-Danube depuis l’an 2000 (2000, 2001, 2006, 2010…) mettant en danger la santé des populations riveraines, de la faune et de la flore.

Sources : Courrier des Balkans, 21 octobre 2018

Basses-eaux estivales sur le Danube (2018), photo © Danube-culture, droits réservés

Brouillard politique sur le Danube et son bassin : une protection de l’environnement soumise aux aléas politiques ! 

   Le Danube est avec les autres grands fleuves du monde, le miroir de la situation environnementale préoccupante de la planète. Il est aussi le miroir de l’incapacité effarante d’une gestion politique européenne globale de ses ressources et de leur protection à l’exception de la navigation dont la gestion est confiée à une Commission internationale sans grands moyens et coincée entre des intérêts nationaux divergents. Les années passent et on en est donc à peu près toujours au même stade pour le reste en ce qui concerne le Danube qui pendant ce temps se meure sa faune et sa flore avec. Bien sûr il y a les réserves de biodiversité, les Parcs nationaux, dont ceux de Roumanie et de Serbie, (encore que ceux-ci soient inféodés à des structures forestières préoccupées par d’autres priorités), des programmes scientifiques et de nombreuses et louables initiatives d’ONG (WWF, Greenpeace…) ce qui permet de ne pas tout-à-fait perdre espoir. Mais que pèsent-ils face à une approche politique actuelle du fleuve qui demeure archaïque, inféodée à un mode de pensée technocratique complètement dépassé ?

   C’est parce que la protection de la biodiversité du fleuve est une stratégie à long terme qu’elle n’intéresse pas les responsables politiques. L’avenir du fleuve se perd dans les méandres capricieux d’intérêts personnels et de pratiques tenaces de corruption. Il y aurait pourtant une grande urgence à changer de paramètres avant qu’il ne soit définitivement trop tard. 

    Alors, avant de lancer de nouveaux projets d’infrastructures, de ponts, d’autoroutes, de planifier et d’inaugurer en grandes pompes et à grand renfort médiatique des corridors européens de transports, de projeter ou de remettre au goût du jour la construction de canaux (on se souvient encore du projet récent d’achèvement de la liaison par canal de Bucarest au Danube roumain, projet digne des plus grandes années du communisme mégalomane, qui avait d’ailleurs commencé à cette période…) et autres infrastructures coûteuses mais pour lesquelles curieusement des financements sont presque toujours disponibles, notamment du côté de l’UE, peu regardante quant aux impacts de ces réalisations sur les écosystèmes, avant que ne soit scellé définitivement le destin  écologique du Danube et de son bassin hydrographique, peut-être faudrait-il enfin revenir au fleuve lui-même et se préoccuper prioritairement, clairement et intelligemment, avec l’appui de toute la communauté scientifique mobilisée autour de sa protection et dans l’intérêt des générations à venir, de la santé environnementale du fleuve sur l’ensemble de son cours !

Eric Baude, Danube-culture, décembre 2018

Retour en haut de page
consequat. Aenean Phasellus risus. Nullam accumsan dolor Praesent