Mór Jókai et son roman « L’homme en or » ou les aventures d’un batelier danubien

Mór Jókai (1825-1904), né dans une famille calviniste au bord du Danube, à Komárom, petite ville hongroise jusqu’au Traité de Trianon de 1920 et depuis divisée et rattachée à la Tchécoslovaquie puis à la Slovaquie pour les quartiers situés sur la rive gauche sous le le nom de Komárno, est l’un des plus grands écrivains d’Europe centrale et sans doute le plus célèbre des romanciers de l’histoire de la littérature magyare. Son livre « L’homme en or » raconte l’histoire de Mihály Timár, batelier du Danube.

Mór Jókai fait d’abord des études de philosophie puis de droit et s’installe à Budapest où il publie ses premiers romans. Il rencontre et se marie en 1848 avec la grande comédienne hongroise Róza Laborfalvi (Judit Benke de Laborfalva, 1817-1886). Aux côtés de son ami de collège le poète Sándor Petőfi (1823-1849), l’écrivain s’implique et participe activement aux journées révolutionnaires de mars 1848. Mais l’échec de cette guerre d’indépendance hongroise sévèrement réprimée par Vienne, l’oblige à se cacher dans les marais et à se dissimuler sous un pseudonyme pour continuer à pouvoir être publié. Sa femme le sauve d’une condamnation à mort.

La sortie des hussards hongrois lors du siège de la forteresse de Komárom par les troupes autrichiennes en 1849, sources : Mór Jókai; Sándor Bródy; Viktor Rákosi: Ezernyolcszáznegyvennyolc: Az 1848/49-iki magyar szabadságharc története képekben. Budapest : Révai Testvérek, 1898, domaine public

Homme politique influent, élu député en 1861, rédacteur en chef de plusieurs journaux politiques influents ainsi que de l’hebdomadaire satirique Üstökös (La Comète) que Jókai fonde en 1858, il connait un immense succès populaire avec une plus d’une centaine de romans, des pièces de théâtre et plusieurs milliers de récits. Sa préférence pour l’art du roman le distingue de ses contemporains hongrois qui, pour la plupart, ont adopté la poésie comme moyen privilégié d’expression.

Dans ses très nombreux écrits l’écrivain participe à la construction d’une conscience nationale magyare et à l’émancipation du peuple en exaltant les épisodes héroïques de l’histoire de son pays, depuis la période ottomane jusqu’à la guerre d’Indépendance de 1848-49 ainsi que la résistance héroïque des patriotes hongrois (Les fils de l’homme au  coeur-de-pierre, Le nouveau seigneur). Séduit également par l’exotisme et l’extraordinaire, il écrit des romans d’anticipation dans lesquels il témoigne d’un imaginaire technique autant que de préoccupations sociales (Les Diamants noirs, 1870, L’Homme en or, 1872, Le roman du siècle futur, 1872). Son oeuvre a été traduite dans une trentaine de langues.

L’opérette Der Zigeunerbaron (Le Baron tzigane) sur un livret du journaliste et écrivain austro-hongrois Ignaz Schnitzer (1839-1921), le plus grand triomphe de Johann Strauss Junior (1825-1889) et créée au Theater an der Wien le 24 octobre 1885, est inspirée de la nouvelle Sáffi de Mór Jókai.  L’opérette, qui a pour cadre le Banat hongrois de Temesvár (Timişoara, aujourd’hui en Roumanie), ne pouvait que plaire à l’empereur François-Joseph Ier.

Illustration László von Frecskay (1844-1916) pour l’opérette « Le baron tsigane »

L’homme en or ou une « petite robinsonnade » : une mélancolie danubienne
« Une petite robinsonnade danubienne, c’est ainsi que Claudio Magris définie dans son livre Danube le roman L’homme en or (Az arany embuer) de Mór Jókai, publié en 1872, son roman le plus célèbre qui, étrangement, n’a encore jamais été traduit en français.

C’est sur une petite île inconnue du Danube que le héros du roman, Mihály Timár, batelier avide et mélancolique, qui s’est enrichi frauduleusement d’un héritage, amoureux d’une jeune passagère, va provisoirement se replier du monde et accéder au bonheur insulaire inespéré après une remontée au plus haut point périlleuse des Portes-de-Fer, sans doute l’endroit autrefois le plus redouté pour les navigateurs danubiens avec les tourbillons de Grein en Haute-Autriche.

Illustration de Gehrard Goßmann

Chaque voyage sur le fleuve, chaque passage de ce défilé est comme une épreuve initiatique avec des éléments naturels terrifiants qui concourent à créer un effet dramatique. Le héros serait-il une sorte  d’Ulysse misanthrope danubien ? Les obstacles franchis et voilà l’île ignorée, vierge qui se découvre. Il y a là dans cette île perdue au milieu du fleuve et protégée par ses larges bras apaisés, à la frontière serbo-turque, comme un paradis, un monde par delà le monde où le héros peut enfin se réconcilier provisoirement avec lui-même. Mais même là les démons qui hantaient le héros auparavant vont le retrouver au bout de quelques temps et il s’en retourne à terre pour finir par se noyer dans la mer hongroise. Le batelier aura droit à des funérailles grandioses. « Réintégré dans le monde des puissants, l’aventurier Mihály Timár reçoit ainsi son dû, pour avoir quitté l’utopie de son Eden du Danube. »1

« C’est la vie que l’on mène actuellement sur l’Île de personne. La charte de liberté délivrée par les deux empires qui permet à ce territoire d’avoir son existence propre, hors de toutes les frontières, court encore cinquante ans. Et qui peut deviner ce qui se passera dans cinquante années ! »
Mór Jókai, L’homme en or

Illustration de Gehrard Goßmann

« Il n’est donc pas illégitime de réhabiliter partiellement l’optimisme grand teint de Jókai. Du reste dans le roman L’homme en or, paru en 1872, même Jókai manifeste une tristesse différente de la mélancolie folklorique et stéréotypée de la puszta : la petite île sur le Danube, cachée et ignorée, devient le non-lieu dans le lequel Mihály Timár, le batelier enrichi, déçu par son équivoque accession à la bourgeoisie, trouve le refuge et le bonheur. Avec ce roman, Jókai a écrit une petite robinsonnade danubienne, l’histoire d’un homme qui reconstruit à partir de rien son existence broyée par la société et qui, à la différence de Robinson, ne veut plus revenir dans le mode. Son île devient un paradis, l’Eden, Tahiti, un atoll des mers du Sud, même si pour protéger cette innocence mélancoliquement retrouvée, il n’y a pas d’océan, mais seulement un bras du Danube. »2

Illustration de Gehrard Goßmann

1 Pierre Burlaud, Danube-Rhapsodie, Images, mythes et représentations d’un fleuve européen, « L’île de personne, Maurice Jokai, L’homme en or« Éditions Grasset / Le Monde, Paris, 2001, p. 195
2  Claudio Magris, « Tristement magyar », in Danube, Folio Gallimard, Paris, 1990, pp. 356-357,

Illustration de Gehrard Goßmann

Sélection d’oeuvres de  Mór Jókai :
Jours de semaine (Hétköznapok, 1846)
Scènes de batailles et de révolution (Forradalmi és csataképek, 1850)
L’Âge d’or de Transylvanie (Erdély aranykora, 1852)
Les Turcs en Hongrie (Török világ Magyarországon, 1852)
Le Nabab hongrois (Egy magyar nábob, 1853)
Le Déclin des Janissaires (Janicsárok végnapja, 1854)
Zoltán Kárpáthy (Kárpáthy Zoltán, 1854)
Jour de tristesse (Szomorú napok, 1856)
Le Nouveau Seigneur (Az új földesúr, 1863)
Les Trois fils de Cœur-de-Pierre (A kőszívű ember fiai, 1869)
Les Diamants noirs (Fekete gyémántok, 1870)
L’Homme en or (Az arany ember, 1872)
Le Roman du siècle futur (A jövő század regénye, 1872)
Ráby le prisonnier (Rab Ráby, 1879)
La Dame aux yeux de la mer (A tengerszemű hölgy, 1890)
La Rose jaune (Sárga rózsa, 1893)

Traductions en langue française
Les trois fils de Coeur-de-Pierre, POF, Paris, 1997
Le nouveau seigneur, Éditions Phébus, Paris, 1993,
Le nouveau seigneur, traduit du hongrois par Antal Radvansky, introduction par Jean Mistler, Club bibliophile de France, ?, ?
Rêve et vie, traduction du prince Bojidar Karageorgevitch, illustration de Marold, E. Dentu éditeur, Paris 1894
Scènes de la vie hongroise, Le fléau, Le chat blanc, avec une étude sur la vie et l’oeuvre de Jókai  par Ch. Simond, Gauthier, Paris ?, 1888
Un nabab hongrois, imitation libre du hongrois, par P.-D. Dandely et Mlle Dandely, Tome 1, Édition de 1860
acta.bibl.u-szeged.hu/25321/1/etudes_hongroises_004_204-206.pdf

www.litteraturehongroise.fr

www.cairn.info/revue-histoire-economie-et-societe-2015-3-page-19.htm

Mór Jókai 

 

Retour en haut de page
felis Curabitur adipiscing justo dictum leo at Aliquam id, id et,