Schöner Naci (1897-1967), gentleman de Bratislava

Schöner Náci, de son véritable nom Ignác Lamár, né à Bratislava sur la rive droite slovaque du Danube, dans le quartier de Peteržalka le 11 août 1897, était une personnalité publique sympathique, originale et attachante bien connue des habitants de la capitale slovaque d’autrefois.

Fils d’un cordonnier et petit-fils d’un clown de grande réputation dont il s’inspirera dans sa philosophie de la vie, ayant exercé plusieurs métiers, apprenti cordonnier, confisier, souffleur…, il déambula dans les rue de la vieille ville de Bratislava pendant une quarantaine d’années, la plupart du temps entre le fleuve et la porte saint Michel, habillé en frac et portant un haut-de-forme, saluant les femmes avec galanterie d’un aimable « Je vous baise la main » en slovaque, allemand ou hongrois et communiquant généreusement sa joie de vivre, sa bonne humeur, aux habitants et aux passants de derrière le rideau de fer.

199802naci

Schöner Naci (1897-1967)

Schöner Náci est décédé de la tuberculose à Lehnice le 23 octobre 1967 où il fut d’abord enterré. Sa dépouille a été ensuite transférée au cimetière Ondřejský de Bratislava.

On trouve sa statue, réalisée par le sculpteur Juraj Meliš (1942) sur la place principale de la vieille ville devant le café Mayer.

Schone_Náci_a_Sedlárska

La statue de Schöner Naci devant le café Mayer continue à saluer imperturbablement les passants de toutes les nationalités

Schöner Naci et les jardins à Bratislava

« Combien il y avait de forêts, de parcs, et de jardins à Bratislava autrefois ! J’étais tout particulièrement enchanté par un parc, celui de Janko Král’. Il était aisé de le rejoindre par le Danube, au moyen du « Propeler1 ». De son côté, le célèbre jardin de Lippay entourait à cette époque le palais d’été archiépiscopal, aujourd’hui siège du gouvernement slovaque. C’est Janos Lippay (1606-1666), jésuite, savant botaniste, auteur du livre «Jardin à Bratislava» et son frère Gáspár (1600-1666), archevêque d’Ezstergom (Hongrie) qui y introduisirent des plantes rares venant du monde entier. Ils en firent ainsi l’un des jardins les plus remarquables d’Europe centrale. Quant aux jardins du beau palais Pállfy, désormais disparus, il abritait un grand et vieux tilleul légendaire dont le feuillage touffu était entouré d’une passerelle circulaire qui permettait d’en atteindre le sommet. L’aristocratie pouvait ainsi lors de sa floraison, s’émerveiller de l’intensité de ses effluves. »

1 bateau à aube qui faisait la liaison entre la rive gauche et la rive droite du Danube

 

Retour en haut de page
in commodo id at justo odio risus libero eget felis Donec libero.