Stadtamhof (Regensburg)

   Le légendaire pont de pierre (Steinerne Brücke), le plus ancien pont du Danube encore debout, est seul lien direct entre le quartier de Stadtamhof et la vieille ville de Regensburg (Ratisbonne) mais ne peut plus être utilisé par les véhicules à moteur depuis sa rénovation en 2010. L’ouvrage qui traverse les deux bras du Danube est désormais réservé aux piétons et aux cyclistes. Il offre aussi  la possibilité de rejoindre l’île d’ Oberer Wöhrd. Au nord du Danube, le pont de pierre se termine sur la place sainte-Catherine, place où se trouvait jusqu’en 1809 la Tour Noire, ancienne tour nord des remparts qui fut détruite par les armées autrichiennes en avril 1809 lors de leur affrontement avec les troupes napoléoniennes au cours de la bataille de Ratisbonne.

   L’ancienne petite ville bavaroise de Stadtamhof a été rattachée à la ville de Ratisbonne le 1er avril 1924, mais est restée le siège du district de Stadtamhof jusqu’en octobre 1929. Le reste du territoire de l’ancien district de Stadtamhof, sans la petite ville de Stadtamhof, fut ensuite rattaché au district de Ratisbonne.

Plan de Regensburg avec le pont de pierre et la commune de Stadtamhof sur la rive gauche du fleuve, au confluent de la Regen avec le Danube en 1869

Dans le prolongement du pont de pierre, la rue principale du quartier de Stadtamhof, utilisée occasionnellement comme place de marché, s’étend vers le nord et se termine par une porte à pylône sur la rue « Am Protzenweiher »,  nommée ainsi d’après l’ancien secteur inondable du Danube. Ce secteur est occupé depuis 1978 par le canal européen de Ratisbonne, infrastructure inclu dans la réalisation du canal Rhin-Main-Danube. Depuis l’achèvement du canal européen dont la construction a duré de 1972 à 1978, Stadtamhof, désormais séparé du quartier de Steinweg, constitue en quelque sorte une île, parfois désignée comme telle. Les habitants de Ratisbonne ne comptent toutefois pas celui-ci parmi les îles du Danube.

   Le territoire de Stadtamhof s’étend du point kilométrique 2381,22 au PK 2379,24. L’île d’Oberer Wöhrd se trouve au sud de Stadtamhof et en aval du pont de pierre, celle d’Unterer Wöhrd. Ces deux parties ne sont séparées de Stadtamhof que par le bras nord du Danube, large de 50 mètres. Le canal de l’Europe et le bras nord du Danube rejoignent la Regen à l’extrémité est de l’île de Stadtamhof et forment une grande étendue herbue se terminant en pointe vers l’est, appelée autrefois « Mangwiesen (prairie de Mang) » en référence au monastère voisin de Sankt Mang, et dénommée aujourd’hui « Grieser Spitz (pointe de Gries) ». Ce nom provient de la ruelle qui s’y termine et qui s’appelle « Am Gries », ce qui signifie « Sur la rive plate et sablonneuse ». Cette dénomination englobe également le lotissement périphérique de Stadtamhof.

Sur l’histoire de Ratisbonne (Regensburg) :
www.regensburger-tagesbuch.de

Vue du Danube entre Stadtamhof et Regensburg, Ulm, vers 1600

Le Danube entre Stadtamhof et Ratisbonne, dessin à la plume coloré, Ulm vers 1600, conservé aux Archives historiques de l’État de Bavière, Munich.
   Le fleuve et son extraordinaire pont de pierre (Steinerne Brücke) ainsi que l’hôpital sainte-Catherine (à droite du pont au bord de l’eau), sont les éléments centraux de ce dessin à la plume coloré des deux villes. On y voit également l’élément bas (en aval du pont) de l’île de Wöhrd (untere Wöhrd ou Wörth) sur la gauche et l’élément haut (en amont du pont) de la même l’île de Wöhrd (obere Wöhrd) sur la droite, Wöhrd signifiant ici un espace surélevé au bord de l’eau. On retrouve d’ailleurs à plusieurs reprises ce toponyme comme dans Donauwörth, Altenwörth… le long du Danube allemand et autrichien.
   Ce point de vue original offre à la fois une perspective tout à fait intéressante de la structure spatiale de Stadtamhof depuis la partie la plus éloignée du fleuve avec un axe principal qui converge vers le Danube, un aperçu de la physionomie architecturale de Ratisbonne (rive droite) du côté du fleuve ainsi qu’un regard sur le pont de pierre, l’élément qui relie les deux villes. Dans le cas de Ratisbonne, comme dans toutes les autres villes situées au bord d’un fleuve, la construction d’un pont entre les deux rives est déjà à cette époque un aspect fondamental du concept urbain qui s’est concrétisé par la construction du pont de pierre entre 1135 et 1146.

Sources : Albrecht Liess (Schriefleitung) Altebayerische Flusslandschaften an Donau, Lech, Isar und Inn, Ausstellungskatalogue  der Staatlichen Archiven Bayerns,  Anton H. Konrad Verlag, Weissenhorn, 1998 

Eric Baude pour Danube-culture, © droits réservés, mis à jour juin 2024

Retour en haut de page