Egon Schiele (1890-1918), génie provocateur

Figure majeure de l’Expressionnisme autrichien, entre Klimt et Kokoschka,  l’ œuvre d’Egon Schiele constitue la première transition entre les harmonies d’un art monumental et les dissonances d’une ligne plus expressive. Les formes qu’il crée rejoignent celles de Modigliani, Soutine et Kokoschka.

Egon Schiele est un peintre autrichien né au bord du Danube à Tulln en 1890 et mort à Vienne  en 1918. Il étudie à l’Académie des beaux-arts de Vienne (1906-1909), rencontre Gustav Klimt en 1907. Celui-ci l’influence à ses débuts. Les deux artistes se vouent d’ailleurs une admiration réciproque. Schiele expose en 1908 à Klosterneuburg, puis en 1909 à Vienne (Internationale Kunstschau), travaille en 1911 à Krumau (Český Krumlov) petite ville du sud de la Bohême, aujourd’hui en République tchèque et  ensuite à Neulengbach dans la forêt viennoise. Au cours d’un voyage à Munich, il devient membre du cercle Sema, une association d’artistes à laquelle appartiennent Paul Klee et Alfred Kubin. Il s’installe à Vienne en 1912. Dessinateur extrêmement doué, il exécute la majeure partie de son œuvre au crayon, à l’aquarelle et à la gouache. D’abord auteur de paysages et de portraits marqués par le Jugendstil, son originalité s’affirme dès 1909. Schiele est obsédé par son visage (double et triple autoportrait) et surtout par son propre corps comme par celui de ses modèles, souvent très jeunes, qu’impose un trait aigu, nerveux, cassé, limitant des surfaces étriquées et relevé de couleurs stridentes (Homme nu assis, plume et gouache, 1910 ; Nu aux jambes écartées, 1914, crayon et gouache, Albertina). L’accent est mis sur les parties sexuelles, les visages au masque cadavérique, les doigts étirés et écartés, les postures des amants soudés l’un à l’autre dans un spasme ultime (Autoportrait aux doigts écartés, 1911, Vienne, Historisches Museum ; Étreinte, 1917, Vienne,  Nationale Österreichische Galerie).

Danube_biographie_Egon_Schiele_080

Comme dans l’œuvre de Munch, l’amour et la mort sont liés dans l’univers de Schiele. Certaines postures compliquées sont empruntées aux sculpteurs (Minne, Rodin), certains thèmes à Munch (la Mère morte I, 1910) et à Van Gogh (les Tournesols ; la Chambre de l’artiste à Neulengbach, 1911, Vienne, Historisches Museum), mais la mise en page à deux dimensions et le trait à la fois grêle et tendu ont une efficacité très personnelle. Certains paysages présentent la même tension aride que les nus (Arbre d’automne, 1909, Darmstadt, Hessisches Landesmuseum ; œuvre de l’automne de 1912) ; quelques-uns, d’un réalisme plus apaisé, évoquent ceux de Hodler (les Quatre Arbres, 1917, Vienne, Nationale Österr. Gal.) ; un assez grand nombre, inspirés par la vieille ville de Krumau, ont une structure géométrique et colorée qui annonce la poétique de Klee (Fenêtres, 1914, Vienne, Nationale Österr. Gal. ; Paysage de Krumau, 1916, Linz, Neue Gal. der Stadt).

Schiele se maria en 1915, et ce changement de situation affective se ressent dans son travail, dont l’érotisme s’adoucit (Femme étendue II, 1917). Ses dernières œuvres sont proches de celles de Klimt par leur sens d’un volume plus ample et leur souci d’une réalité moins malmenée (Portrait de Paris von Gütersloh, 1918, Minneapolis, Institute of Arts, la Famille, 1918, Vienne, Galerie nationale Autrichienne). Il meurt en 1918 à l’âge de 28 ans,  victime, ainsi que sa femme, de l’épidémie de grippe espagnole qui frappa l’Europe.

Danube_peinture_Schiele_Hietzinger-Hauptstrasse_114

Plaque apposée sur l’atelier du peintre à Hietzing (Vienne) de 1912 à 1918 et où il est mort.

Le catalogue complet de son œuvre est paru en France en 1990 et une exposition lui a été consacrée (Düsseldorf, Kunstsammlung Nordrhein-Westalen ; Hambourg ;  Musée d’Art Moderne, Paris) en 1996.

Musée E. Schiele, Tulln : www.egon-schiele.eu
Leopold Museum Wien : www.leopoldmuseum.org

Sources : Dictionnaire le la peinture Larousse, Éditions Larousse, Paris, 2003

Retour en haut de page
fb0bdc84b4b6542c9660f2fb97aabd30^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^