Les Sarmates, voisins rebelles puis auxiliaires de l’Empire romain

Les tributs nomades sarmates, originaires d’Asie centrale (Russie méridionale) qui occupèrent au début de notre ère toutes les steppes de l’Oural au Danube, parlaient une langue iranienne. Ces tributs farouches et rebelles, à la stratégie guerrière élaborée préoccupèrent longtemps Rome qui dut lutter contre eux  à plusieurs reprises. Les Sarmates furent également des acteurs importants des échanges culturels, technologiques et commerciaux en Europe centrale et au-delà.

La soumission des Sarmates, sarcophage romain

« En incorporant Rhétie, Norique et Pannonie, l’Empire romain fixa ses frontières orientales tout le long du Danube, dans les années 16 à 9 avant J.-C. Ces progrès n’avaient pu se faire qu’en luttant contre des tributs sarmates, les Jazygues et les Roxolans. Au cours de l’hiver 69 avant notre ère, ces deux tributs avaient déjà violemment réagi en envahissant la Mésie et en écrasant deux cohortes romaines. Pendant plus d’un siècle, malgré des périodes d’accalmies, les Sarmates figurent parmi les voisins les plus rebelles du nord de l’Empire romain. Plusieurs empereurs luttèrent contre eux successivement, six d’entre eux prenant le titre de « Sarmaticus » après leur avoir infligé de sérieuses défaites. Rome alla même jusqu’à produire à cette occasion des monnaies commémoratives pour célébrer ces victoires sur des Iraniens.

Connus dès lors par les stratèges et par les historiens qu’ils intriguent, les Sarmates sont étudiés par le père de la géographie historique, le Grec Strabon (64/63 ? – 23-23 ?), qui étaient proches des milieux officiels romains. S’attachant à l’étude des origines des peuples, à leur migration comme à la fondation des empires, celui-ci précise ce qu’a pu être leur itinéraire : il les situe au départ sur les rives de la mer d’Azov, puis à l’ouest du Dniepr.

Venu d’Asie centrale, ce peuple de langue iranienne avait en effet envahi la région occupée par ses « cousins » scythes (entre le Don et la Caspienne) au IIIème siècle avant notre ère. Après avoir séjourné en Russie méridionale, il continua sa progression vers l’ouest pour s’établir entre les Carpathes et le Danube au tournant de notre ère. Lorsque l’empereur Trajan conquiert la Dacie (le noyau de l’actuelle Roumanie) au cours des deux guerres de 101-102 et de 105-107), ils s’intercalent entre cette province nouvellement conquise et l’ouest de la Pannonie, sous la pression d’une autre tribut sarmate qui les pousse par l’arrière, les Alains. Une partie d’entre eux s’installe alors aux abords du monde romain, avant d’être soumis en 175 par Marc-Aurèle. C’est donc bien en Europe centrale que se dissoudront les Sarmates, au sein des autres peuples de la Pannonie, ultime melting pot des peuples de la steppe.

Marco_Aurelio_bronzo

L’empereur Marc-Aurèle, vainqueur des Sarmates

Après Strabon, Pomponius Mela puis Ptolémée utilisent les termes de Scythie et de Sarmatie pour désigner ces peuples. Pompanius Mela se servit des renseignements fournis par une expédition militaire romaine, qui avait poussé jusqu’au Jutland en l’an 5 de notre ère. Quant à Ptolémée, c’est lui qui avec ses successeurs inclut dans la Sarmatie l’ensemble de l’Europe centrale et orientale. »

Sources :
Francis Conte, Les Slaves, Aux origines des civilisations d’Europe centrale et orientale (Vie-XIIIe siècles), « Les Slaves et l’orient », Bibliothèque de l’Évolution de l’Humanité, Édition Albin Michel, Paris, 1996

Retour en haut de page
4c25d4cf7b8f432a84c7cc48e877f592///////