Pêches danubiennes traditionnelles : le « Daubel », un art de la pêche en voie de disparition

Les pêches traditionnelles sur le Danube existent depuis que les hommes se sont implantés au bord du fleuve. Riche d’une faune aquatique nombreuse et des plus variées, le Danube a généreusement nourri des générations de riverains des campagnes mais aussi des villes. La ville de Vienne possédait autrefois un grand marché aux poissons des plus réputés.
La Pêche au « Daubel » est une des illustrations de ces traditions qui tentent de perdurer malgré la raréfaction des poissons.

La pêche avec un « Daubelboot » illustre une technique de pêche traditionnelle qui existerait depuis plus de trois cents ans sur le Danube autrichien, le canal du Danube et la Morava (March) et qui s’apparente à la pêche avec un carrelet.

« Daubelboot » et son « Daubel », photo Danube-culture, droits réservés

Le « Daubel » est un filet de pêche actionné à partir d’un bateau (Daubelboot), d’une barque, d’une cabane de pêcheur sur les rives ou simplement par un pêcheur directement les pieds dans l’eau.

« Daubel » fixé sur une barque, source Musée de la pêche de Vienne

Le « Daubel » s’abaisse ou se lève au moyen d’un câble métallique auquel est relié une poulie et une manivelle qu’on actionne manuellement ou par un petit moteur pour attraper les poissons.

La manivelle du « Daubel »est ici située à l’intérieur du Daubelboot, photo Danube-culture, droits réservés

Le poisson qui se trouve juste au-dessus du filet est capturé dans une sorte de poche creuse et carrée tendue sur des barres élastiques ou des arcs plus longs que les diagonales du filet. Ils sont attachés aux quatre coins du filet ou sont coincés dans les quatre manches de la dite croix. Les plus grands « Daubel » ont une longueur de 4, 50 mètres. En Basse-Autriche, un maillage du « Daubel » d’au moins 40 mm est obligatoire.

En aval de Vienne, à hauteur de Schwechacht (rive droite) sur un des bras morts, photo Danube-culture, droits réservés

Le  « Daubel » est baissé ou levé après un certains temps dans l’eau au moyen d’un treuil et d’un rouleau de renvoi, qui est monté au sommet d’une simple grue. Afin d’augmenter le volume de la pêche, de courtes clôtures en bois sont souvent collées au-dessus des « Daubelplatzes » (emplacement réservé au « Daubel ») perpendiculairement à la rive, de sorte qu’un « Fischeinstand » (bassin de pêche) artificiel se forme, où le poisson est alors capturé plus facilement.

Un confort sommaire mais une tranquillité absolue ! Photo Danube-culture, droits réservés

Les embarcations munies d’un « Daubel » ou « Daubelboot », autrefois très prisées et appartenant à des familles qui se les transmettaient de génération en génération, ne sont autorisées que sur un périmètre restreint du Danube viennois, à la hauteur de l’île du Danube (rive gauche du fleuve). 

Daubelboot viennois avec en arrière-plan la colline du Leopoldsberg (424 m) appartenant au massif du Wienerwald, source Musée de la pêche de Vienne

Il n’existe plus de pêcheur professionnel sur le Danube viennois, autrefois bien plus poissonneux qu’aujourd’hui.

Patente de pêche pour le Danube et ses affluents attribuée par Maximilien Ier d’Autriche, 1506, source Wiener Stadt und Landesarchiv Wien

Musée de la pêche de Vienne :
  www.fischereimuseum.at

Retour en haut de page
tristique felis Curabitur odio Nullam ut eget ante. mattis