Vienne et le Danube à l’époque de Mozart (vers 1775)

  Vienne ses environs et le Danube tel qu’ils apparaissent sur le relevé cadastral joséphinien commencé en 1764 sous l’impératrice Marie-Thérèse de Habsbourg (1717-1780) et poursuivi par son fils Joseph II (1741-1790) qui avait pris en charge les affaires militaires de la monarchie autrichienne à partir de 1765.

Josephinische Landesaufnahme de Basse-Autriche, désigné comme : « Kriegs-Charte des Erzherzogthum Oesterreich unter der Enns » levé par le k. k. Generalquartiermeisterstab 1773-1781, copié par le k. k. Bombardiers Corps, échelle 1:28.800, (Vienne), achevé entre 1793 et 1803 dessin à la main colorié, 122 sections à 71,5 x 47 cm. Est reproduit sur cette section n° 71 : Vienne et ses environs, et désignée : « Theil deren Vierteln unter Wiener Wald, und unter Manhartsberg », vers 1775, collection Bibliothèque Nationale d’Autriche, département des cartes, K II 87
   
La réalisation de ce cadastre durera 24 années et permettra de représenter l’ensemble de l’Empire des Habsbourg à une échelle de 1 : 28 800, divisé en 4 096 sections.
Le relevé cadastral de la Basse-Autriche débuta en 1773 et s’acheva en 1781. Sous la direction du major Andreas von Neu, les mesures et la cartographie furent effectuées au quartier général militaire de St. Pölten. Les mois d’hiver furent consacrés à la mise au propre des relevés. Le travail avança lentement les premières années en raison d’un personnel restreint. Lors de la reprise des travaux après la guerre de succession de Bavière en 1779, le lieutenant-colonel Neu disposa de 24 officiers, enseignes et cadets, ce qui lui permit d’achever les 74 sections de Basse-Autriche restantes en l’espace de deux ans.
Sur les 122 feuilles consacrés à la Basse-Autriche, seuls deux exemplaires dessinés et coloriés à la main ont été achevés dont la section 71, ici représentée. Ces documents sont conservés aux Archives de la guerre et à la Bibliothèque Nationale d’Autriche de Vienne.
Ce travail très soigné et détaillé représente le terrain avec des hachures croisées mis en valeur par des ombres à certains endroits. Les zones forestières sont indiqués avec des signes spécifiques, le réseau de cours d’eau de routes et de chemins est clairement reconnaissable, tout comme les agglomérations et les bâtiments isolés coloriés en rouge.
   Vienne, peuplée d’environ 180 000-200 000 habitants (1790) est ici telle que l’a fréquenté Mozart, entourée des remparts qu’elle conservera jusqu’au XIXe siècle et aux grands travaux d’aménagement qui changeront sa physionomie et par ailleurs considérablement le cours du fleuve. À cette époque, un seul pont franchit, via les îles, le Danube vers le nord et le bras du Danube très fréquenté par les bateliers, bras qui sera transformé en canal ultérieurement (Donaukanal). La petite rivière, « die Wien » (la Vienne), coule à ciel ouvert jusqu’à son confluent avec celui-ci.

Danube-culture, © droits réservés, publié en août 2023    

Retour en haut de page