Contes et légendes du Danube : le rocher de Babakaï (Portes de fer) et la belle Zuleïka

« Voici le rocher de Babakaï ! », lança notre conteur avec entrain. « Babakaï ! C’est le nom qu’on lui a donné en mémoire de l’anathème jeté sur la belle Zuleïka par le terrible Panhonkghi-Oghlou. »
Mais qui était la belle Zuleïka ?

Le rocher de Babakaï marque l’entrée des Portes de fer, gravure de W. H. Bartlett

« Zuleïka était jeune et très belle jeune fille, poursuivit-il ; elle était vive, souriante et d’une humeur toujours enjouée. Elle n’aimait rien tant que la liberté ! Mais elle eût le malheur d’être recherchée en mariage par le féroce Panhonkghi-Oghlou, aga turc1 de très grand renom, qui voulut en faire, et qui en fit, sa septième femme. Autant Zuleïka était belle et souriante, je viens de vous le dire, autant Panhonkghi-Oghlou était laid. Elle était jeune, il était vieux, elle était enjouée, il était sombre et taciturne. Il y avait entre eux un abîme immense.

Un jour tandis que l’aga, qui avait un commandement militaire important, était sur la frontière avec l’empire autrichien, son harem ne compta brusquement plus que six femmes. La septième, Zuleïka, la plus aimable et la plus aimée peut-être, s’était enfuie pendant la nuit. Elle était partie avec un grand seigneur hongrois, officier supérieur de haute réputation, qui lui avait plu bien d’avantage que le triste, morose et sombre Oghlou. Celui-ci, apprenant au matin l’évasion de Zuleïka, jura qu’il en tirerait une terrible vengeance. Il fit venir aussitôt celui de ses janissaires en lequel il avait le plus confiance, et lui promit dix bourses d’or s’il pouvait rattraper la fugitive et lui rapporter la tête de son ravisseur. Gumach, c’était le nom de l’honnête janissaire, accepta la mission sans se faire prier. Il se mit immédiatement en campagne suivi de quinze ou vingt de ses fidèles fort disposés à le seconder dans son entreprise. Ils rencontrèrent le couple de fugitifs au moment où il franchissait la frontière de l’empire ottoman.

Entrée du Kazan-gravure-Barlett-BV

Entrée du défile du Kazan (Portes de Fer), gravure de W. H. Bartlett

En se voyant sur les terres autrichiennes, l’heureux amant de Zuleïka, n’ayant plus aucune crainte, renvoya les personnes de sa suite qui l’avaient aidé à s’emparer du trésor de l’aga, et il gagna paisiblement, avec sa belle compagne, une charmante résidence de plaisance qu’il possédait au bord du Danube. Il était à peine arrivé dans ce lieu, qu’on vint lui dire que des paysans serbes, ayant à se plaindre de quelques maraudeurs, imploraient sa protection et réclamaient l’honneur de lui parler. Il accepta la demande.

Les paysans serbes, qui n’étaient autres que Gumach et ses janissaires, vous vous en doutez, se dépouillèrent des amples peaux de brebis dont ils avaient recouvert leurs épaules. Ils se précipitèrent, le yatagan2 au poing, dans la maison dont la porte venait de leur être ouverte, et firent tomber à leurs pieds, percés de mille coups, le jeune seigneur hongrois imprudent qui s’était avancé au devant d’eux. Zuleïka demeurait morte de frayeur sur le divan où l’amour l’avait vu l’instant d’avant, heureuse et nonchalamment couchée. Son beau front était livide, ses beaux yeux fermés, et ses lèvres, ordinairement si fraîches, avaient perdu tout leur incarnat. La lier, l’emporter, fut l’affaire de quelques secondes pour les assassins. La tête sanglante du seigneur hongrois fut attaché au cou du cheval sur lequel les janissaires avaient placé l’infortunée prisonnière.

Ruines de la forteresse turque de Golubač (Taubenburg), rive droite du Danube, face au rocher de Babakaï, gravure de W. H. Bartlett

Amenée dans le plus pitoyable des états en présence de son juge et de son bourreau, celui-ci ordonna qu’elle fut garrottée, mise dans un sac et jetée dans le Danube. Mais, par suite d’une réflexion que le lui inspira le démon, il imagina un châtiment encore plus horrible. Il chargea en conséquence, Gumach de la conduire au sommet du fameux rocher dont vous voyez ici la crête s’élever au milieu de l’eau, et de l’y laisser mourir de faim. Zuleïka, presque mourante, fut emmenée par les janissaires. Elle s’éloignait chancelante et toute en larme, quand la voix du terrible Oghlou fit retentir ces derniers mots à son oreille épouvantée : « Ba-ba-Kaï ! Ba-ba-Kaï ! Repends-toi de ton péché ! Repends-toi de ton péché !  »

Gumach accomplit fidèlement les ordres de son seigneur et maître, et le sombre aga apprit avec une joie féroce qu’enfin il serait vengé comme il devait l’être de l’outrage fait à son front conjugal. Il se repaissait déjà avec bonheur de l’idée des souffrances qu’endurerait la belle et triste Zuleïka avant d’expirer, et pour ajouter à l’infernale jouissance que lui apportait cette odieuse pensée, il se plaisait à contempler la tête dont Gumach lui avait fait un sanglant hommage.

Mais l’amour et la bonne fortune veillait sur Zuleïka comme il avait veillé sur son amant. Ce n’était point lui qu’avait atteint le sabre des janissaires d’Oghlou. C’était l’un de ses aides de camp. Le seigneur hongrois avait suivi discrètement de près, sous un déguisement qui le rendait tout à fait méconnaissable, les soldats du féroce aga. Un eunuque du harem d’Oghlou, celui-là même qui avait favorisé l’évasion de Zuleïka, l’informa de la sentence prononcée. Le seigneur hongrois se dirigea vers le rocher où allait être conduit la victime. Usant d’une prudence qui n’est pas commune aux amants, il laissa passer la barque qui portait Gumach et les siens sans lui opposer aucun obstacle. Aussitôt qu’il fut assuré de leur retour, il se précipita vers le rocher, délivra Zuleïka puis, ivre de joie et d’amour, regagna avec elle la rive et dénicha une retraite sûre où l’aga et ses hommes ne pouvait les trouver.

Les Portes de fer, gravure de W. H. Bartlett

Panhonkghi – Oghlou, le lendemain du jour où son janissaire favori avait accompli ses derniers ordres, s’éveilla pensif et soucieux. Il avait fort mal dormi et fait des rêves étranges. Il lui avait semblé voir Zuleïka emportée dans les airs par un génie secourable. Pour en finir donc avec la pauvre femme, il donna un troisième ordre à Gumach. Celui-là fut bref : « Va dit-il précipiter la coupable dans le Danube, et que l’on ne m’en parle plus ! ».

Gumach retourna au rocher et lorsqu’il y aborda, comprit qu’il ne pouvait obéir aux volontés d’Oghlou. Des cordes pendantes au bord de l’eau l’informèrent de la fuite de Zuleïka. Effrayé des conséquences de ce fait, il revint dire à son maître que la prisonnière, dans son désespoir, s’était précipitée elle-même dans le fleuve et que, dans sa chute, elle s’était heurtée aux bords du rocher. Pour témoigner de la véracité de ses propos, il montra un lambeau de vêtement de femme tout ensanglanté.

L’aga se montra on ne peut plus satisfait du récit de son fidèle janissaire. On lui apporta des pipes et des sorbets parfumés. Il songea, fort réjoui, au dénouement de cette aventure et ne s’occupa plus, dans les jours suivants, que du soin d’appeler quelque jeune fille à prendre auprès de lui la place de Zuleïka. Mais tandis que se préparait ce nouveau mariage, on vint l’informer qu’une troupe importante et menaçante de Hongrois avançaient en direction de la frontière ottomane. L’aga était courageux, c’était d’ailleurs la seule qualité qu’on lui accordait. Il réunit ses soldats, se porta au devant de l’ennemi et le rejoignit la veille même de la célèbre bataille de Karlowitz3. Il est inutile de vous dire que le général hongrois, en apprenant que l’aga se trouvait parmi ses soldats, ne songea plus, au moment où la bataille s’engageait, qu’à chercher son indigne rival.

Alors qu’il se précipitait au milieu des ottomans qui fuyaient devant sa fougue impétueuse, Oghlou, mortellement blessé, lui fut amené. On le transporta dans la tente du général hongrois. Et là, de la bouche même de Zuleïka, devenue chrétienne, l’aga apprit qu’elle était l’épouse du vaillant officier magyar et qu’une félicité indicible les unissait. Oghlou, rugissant de fureur, oubliant le soin de sa vie, arracha les linges qui bandaient ses blessures et trouva, dans la perte de son sang, une mort pleine d’angoisse tandis que Zuleïka, de sa voix la plus douce lui répétait : « Ba-ba-kaï ! Ba-ba-kaï !, repends-toi de ton péché, repends de ton péché ! »

Le rocher de Babakai aujourd'hui

Le rocher de Babakaï aujourd’hui (photo droits réservés)

1 Aga, commandant militaire ottoman

2 Yatagan, sabre recourbé

3 Sremski Karlovci, ville serbe sur la rive droite du Danube, à proximité de Novi Sad où se tient du 16 novembre 1698 au 26 février 1699 un congrès qui mit fin aux hostilités entre l’Empire ottoman et la Sainte Ligue, coalition comprenant l’Empire d’Autriche, la Pologne, la République de Venise et la Russie. La fin de ce congrès marque la signature du Traité de Karlowitz. Aux termes de celui-ci, la ville est rattachée aux possessions des Habsbourg et fut intégrée à la province de la Frontière militaire. Ce traité marque le premier recul de l’Empire ottoman.

D’après BEATTIE, William, Le Danube illustré, Édition française par H.-L. Sazerac, Vues d’après nature dessinées par W. H. Bartlett, H. Mandeville, Libraire-Éditeur, Paris, 1849

Retour en haut de page
300cf65bbe114b999ce2ac0d85e6dbfc---------