L. F. de Marsigli : description du Danube, depuis la montagne de Kalenberg en Autriche, jusqu’au confluent de la rivière Jantra dans la Bulgarie…

   Le comte bolognais L. F. de Marsigli (1658-1730) commence sa carrière en servant pendant 22 années dans les rangs de l’armée impériale d’Autriche et participe à de nombreuses campagnes militaires. D’une grande culture, le jeune homme a complété sa formation avec quelques-uns des meilleurs savants italiens de l’époque comme l’astronome Geminiano Montanari (1633-1687), le mathématicien et philosophe Giovanni Alfonso Borelli (1608-1679) et le médecin-naturaliste Marcelo Malpighi (1628-1694) et d’une curiosité insatiable, il emploie alors son temps libre à toutes sortes d’observations scientifiques, observations qu’il a la sagesse de coucher sur le papier. Son magnifique travail sur le terrain danubien est un témoignage exceptionnel de l’immense curiosité de ce savant universaliste et de l’état du fleuve à cette époque.

   Capturé par les Ottomans, il est libéré en échange d’une caution réunie par sa famille. Sa carrière militaire prend brutalement fin en 1704 et il échappe de peu à une condamnation à  mort, ayant rendu furieux l’empereur Léopold Ier lors du siège par les armées françaises de la forteresse de Brisach-sur-le-Rhin et d’une reddition jugée prématurée par l’empereur d’Autriche. Il reprendra ses recherches et voyage en Europe, écrit et vers la fin de sa vie publiera plusieurs ouvrages sur le Danube tirés des notes abondantes qu’il a prises parmi lesquels son Danubius Pannonico-Mysicus observationibus geographicis, astronomicis, hydrographicis, historicis, physicis, perlustratus (1726)

   L’œuvre comprend 6 volumes, en grand in-folio. Tirée en deux cent cinquante exemplaires dans sa version latine d’origine, elle est traduite et publiée ultérieurement en français (1744) sous le titre de  Description du Danube, depuis la montagne de Kalenberg en Autriche, jusqu’au confluent de la rivière Jantra dans la Bulgarie, Contenant des Observations géographiques, astronomiques, hydrographiques, historiques et physiques ; par  Mr. Le Comte Louis Ferd. de Marsigli, Membre de la Société Royale de Londres, & des Académies de Paris & de Montpellier ; Traduite du latin., [6 tomes], A La Haye, Chez Jean Swart, 1744

AVIS
POUR LA
CARTE
DU COURS ENTIER
DU  DANUBE

   « J’ai cru qu’il ne seroit pas inutile de commencer ce recueil par une carte qui représente tout le Danube depuis sa source jusqu’à son embouchure, afin de donner au lecteur une idée générale de la grandeur de ce Fleuve, & nommément de la partie dont je fais la Description. Personne n’ignore que l’endroit auquel j’ai fixé le commencement de mes recherches, je veux dire la Montagne qu’on appelle aujourd’hui Kahlenberg1, est un peu au dessus de Vienne, Capitale des Empereurs de la Maison d’Autriche ; que cette Montagne porte dans l’ancienne Géographie le nom de Mont Caetius, & qu’elle séparoit autrefois le Norique2 de la Haute Pannonie3. Mais tout le monde n’est pas si bien instruit sur la Jantra4, terme où elles finissent. C’est une Rivière assez petite de la Bulgarie, qui prend sa source au Mont Haemus5 & qui, après avoir parcouru fort peu de terrain, va mêler ses eaux à celles du Danube. Comme elle n’est pas bien connue, il y a beaucoup de Cartes où on ne la trouve pas du tout ; de sorte que plusieurs personnes pourroient se trouver embarrassées, ne sachant en quel endroit du Danube depuis sa source sur le Mont Abnobe6 dans la Souabe, jusqu’à son embouchure au Pont Euxin7, il faudroit la chercher.

Carte du cours entier du Danube décrite par L. F. de Marsigli, in Description du Danube, depuis la montagne de Kalenberg en Autriche, jusqu’au confluent de la rivière Jantra dans la Bulgarie, Contenant des Observations géographiques, astronomiques, hydrographiques, historiques et physiques, Tome Premier

La carte que je donne ici lève toute incertitude à cet égard ; & comme au dessus et dessous de la partie du Danube qui fait l’objet de mon Plan, je me suis contenté de marquer seulement les noms des principales rivières qui s’y déchargent, sans y ajouter ceux des Païs que le fleuve traverse , le District que je décris se fait d’autant mieux distinguer, que j’y ai mis les noms modernes des Provinces situées sur l’un et l’autre bord.

L’endroit où je commence ma Description, qui, comme j’ai dit, se nommoit anciennement le Mont Caetius, est pareillement désigné par le nom de Kahlenberg qu’il porte aujourd’hui, & je l’ai marqué plus particulièrement par une Ligne tirée en travers sur le Danube  : la même Chose se voit à l’embouchure de la Rivière de Jantra, au-delà de laquelle je ne m’étend point.

Il m’a aussi paru nécessaire d’indiquer en termes exprès ce qu’il faut entendre par les Païs en deçà & au-delà du Fleuve, parce que je me sers fort souvent de cette distinction dans l’Ouvrage même. Outre les mots Cis-Danubialis & Trans-Danubialis, qui pour cet effet se trouvent gravés dans la Carte, on peut, en la faisant enluminer, se servir de rouge pour ce qui est en-deçà & de jaune pour ce qui se trouve au-delà du Danube. Au reste, je comprends proprement sous cette domination les Païs situés des deux côtés du Fleuve, mais à quelques distances de ses bords ».
Notes :
1 Colline de 484 m de hauteur appartenant au Wienerwald (Forêt-viennoise) surplombant le Danube sur la rive droite à l’entrée amont de Vienne (Döbling) et coiffé de vignobles. Proche du sommet la petite église de Saint Joseph rappelle que les armées polonaises et impériales, sous le commandement du roi polonais Jean III Sobiecki (1629-1696), chassèrent les Ottomans lors du deuxième siège de la ville en 1683 et leur infligèrent une sévère défaite.
2 Province de l’Empire romain (Noricum) dont les habitants furent soumis à Rome sous le règne de l’empereur Auguste vers 13 av. J.-C. 
3
Ou Pannonie supérieure issue d’une division en deux provinces de la Pannonie par l’empereur Trajan en 106  ap. J.-C. dont la capitale était Carnuntum et Vindebona (Vienne) une des villes principales
4 Ou Yantra, affluent du Danube de la rive droite et rivière de Bulgarie septentrionale prenant sa source dans les Balkans  et traversant Veliko Tarnovo, ancienne capitale du deuxième empire bulgare. Elle se jette dans le Danube  à la hauteur du km 536.
Ancien nom de la chaine des Balkans
6 Selon Tacite et Pline, le Danube prenait sa source au Mont Abnobe (Mons Abnoba), ancien nom pour désigner la Forêt-Noire provenant d’ Abnoba une déesse gauloise de ce massif forestier.
7 Ancien nom de la Mer Noire

« Vienne, Capitale de toute l’Autriche, & célèbre par la résidence qu’y ont fait depuis longtemps les Empereurs. Elle tire son nom du Wien ou Widn, ruisseau qui coule à l’Occident de ses murs. Selon mes propres Observations (car je ne rapporterai que celles que j’ai faites moi-même), elle est au 48. degré & 14 minutes de Latitude »

« Presbourg, Ville appelée par les Hongrois Poson, & par les Allemans Presburg. C’est la capitale de la Haute Hongrie. Elle est entourée d’une bonne enceinte & munie d’un beau château bien fortifié & bâti dans un endroit très élevé. Il est à remarquer qu’on y garde la Couronne Royale.
En Hongrie dans le Comté de Presbourg, in idem.

OBSERVATIONS HYDROGRAPHIQUES
DE LA
CARTE
POTAMOGRAPHIQUE

Carte potomographique, in Description du Danube, depuis la montagne de Kalenberg en Autriche, jusqu’au confluent de la rivière Jantra dans la Bulgarie, Contenant des Observations géographiques, astronomiques, hydrographiques, historiques et physiques, Tome Premier

Voici la carte de toutes les rivières qui se déchargent dans le Danube, pour autant qu’il est de mon ressort, & généralement de toutes celles qui arrosent la Hongrie. On peut se faire par là une idée de l’abondance des eaux, & de la fertilité des terres de ce royaume. Elle sert aussi à indiquer plus particulièrement les endroits de fleuve où j’ai pris mes sections, pour y découvrir la profondeur du canal, & à marquer les diverses élévations du terrain qui l’environne.

Du premier coup d’oeil on voit par cette carte, que l’horizon du Danube est fort bas, & que dans un sens ce fleuve coule dans une vallée profonde entre les monts Crapack1 et Haemus, qui le côtoient : elle peut en même temps faire comprendre, comment les lits des rivières sont plus bas les uns que les autres par rapport à leur horizon. Pour rendre plus sensible la profondeur de la vallée dont je parle, & la différente élévation de l’horizon, j’ai tiré quelques lignes, dont les deux extrémités aboutissent aux montagnes qui la renferment. »

« Du Danube., Lieux habités les plus remarquables que le Danube arrose dans l’étendue de notre Plan, Dans la Basse-Autriche », in MARSIGLI (1658-1730), Louis Ferdinand, Comte de, Description du Danube, depuis la montagne de Kalenberg en Autriche, jusqu’au confluent de la rivière Jantra dans la Bulgarie, Contenant des Observations géographiques, astronomiques, hydrographiques, historiques et physiques ; par  Mr. Le Comte Louis Ferd. de Marsigli, Membre de la Société Royale de Londres, & des Académies de Paris & de Montpellier ; Traduite du latin., [6 tomes], A La Haye, Chez Jean Swart, 1744

Note :
1 Les monts des Carpates

Retour en haut de page
felis libero. libero nunc eget leo. et, risus. id