La navigation française sur le Danube et l’odyssée de « l’Amiral Lacaze »

On a désormais presque complètement oublié qu’une flotte française a navigué autrefois sur le Danube. Ils furent pourtant un certain nombre de navires sous pavillon tricolore a fréquenter celui-ci entre 1920 et jusque dans les années 1950. 

Rares sont les bateaux de croisière sous pavillon français et plus rares encore sont les péniches qui s’aventurent aujourd’hui sur les flots danubiens.

La Société de Navigation sur le Danube (S.N.D.) est  fondée au début de l’année 1920 par deux sociétés françaises spécialisées, La Compagnie des Messageries Maritimes et la Compagnie de navigation Fraissinet suite à la prise de bateaux et de barges sur le front du Danube bulgare en octobre 1918. Ces deux sociétés assurent déjà un service maritime entre la France et la mer Noire (Odessa) via Galaţi.  En 1922 la flotte de la S.D.N. devient la propriété de l’Office National de la Navigation puis en 1930 la S.D.N. prend le nom de S.F.N.D., Société Française de Navigation Danubienne. De 1930 à 1939 cette compagnie développa d’importantes activités de transports de marchandises avec divers partenaires. Sa flotte comptait à la veille de la seconde guerre mondiale :

37 barges de type Haut-Danube
17 barges  de type Bas-Danube
15 barges de transport pétrolier
14 remorqueurs
3 chaloupes
1 ponton

soit 7% de la flotte totale qui circulait sur le Danube en 1939. 

Barges de la S.F.N.D.

De l’ensemble de cette flotte non négligeable qui naviguait sous pavillon français Ils n’étaient plus, pour différentes raisons, que trois bateaux à la fin des années soixante : le « Strasbourg », construit en 1963 par les chantiers navals de Korneuburg (Basse-Autriche), le « Pasteur » et « l’Amiral Lacaze ».

« L’Amiral Lacaze » 

« l’Amiral Lacaze » avait été construit en 1938 à Regensburg (Ratisbonne), à la demande de la Société Française de Navigation Danubienne par les chantiers navals Ruthof. Le remorqueur mesurait 45, 75 m de longueur,  7,75 m de largeur, avait un tirant d’eau de 1, 5 m ainsi qu’un moteur d’une puissance de 2 x 500 ch. Comme tous les bateaux de la S.F.N.D. « L’Amiral Lacaze » avait  son port d’attache en France. Il fut d’abord affecté au parcours Regensburg (Ratisbonne)-Budapest puis échappa miraculeusement en 1939 aux troupes allemandes en descendant le Danube jusqu’à la Mer Noire. Il passa le détroit du Bosphore et rejoignit la Grèce où il servit de transport de courrier entre les îles de Chios et de Mytilène. Au moment de l’invasion de la Grèce par l’armée allemande, le bateau appareilla pour Izmir et d’Izmir à Chypre. L’aventure n’était pas terminée. Bombardé, réparé il reprit la mer jusqu’à Port Saïd en Égypte où il fut incorporé à la Royal Navy et navigua sur le Nil. 

Le voyage de retour vers le Danube, après la fin de la seconde guerre mondiale fut une autre odyssée.

Le remorqueur de la S.F.N.D. « Pascal »

     

Retour en haut de page
elit. adipiscing ut tristique ipsum massa luctus commodo